Navigation – Plan du site
Anthologie

Entretien avec Robert Lortac1

André Martin
p. 252-255

Texte intégral

  • 1 Fonds Raymond Maillet, coll. Afca, sans date, c. 1965.

1Robert Lortac : J’ai commencé ma carrière par «  le film d’après nature  ». En 1914, des camarades ont réuni 3 000 francs et m’ont permis de réaliser ce premier film, à Épinay, en 15 jours. Il n’y avait que un ou deux acteurs professionnels pour ce film comique de 300 mètres qui s’appelait Microbus et son automate, plus de nombreux amateurs de mes amis, notamment des Beaux-arts. Il ne comportait pas de «  trucs  » mais quelques astuces plutôt scéniques. Le tournage s’est achevé le 14 juillet 1914. Le studio [où nous tournions] était allemand, il s’appelait Menschen et employait de nombreux techniciens allemands. Nous les vîmes disparaître sans rien dire à partir du 8 au 10 juillet. Nous-mêmes furent mobilisés à partir du 1er août. Le film dormit dans sa boite pendant toute la guerre et y dort encore  : il ne fut jamais exploité. J’ai un positif flamme en très mauvais état. Le négatif doit encore être chez Pathé.

2André Martin : L’automate n’est-il pas un des thèmes favoris de votre œuvre  ?

3Robert Lortac : Ma foi non  !
Nous partîmes donc à la guerre, je fus blessé en 1915 et restai dix jours dans les hôpitaux puis je fus réformé. C’est alors que j’abordai le dessin animé. Je me tournai vers cette voie parce qu’elle était alors beaucoup plus aisée. J’avais été élève des Beaux-arts, élève de Cormont. J’ai fait mes premiers films chez Pathé à Vincennes, lequel [pendant la guerre] fabriquait des masques à gaz. [Après avoir été démobilisé] J’ai retrouvé mon ami Jean Martet, alors secrétaire de Clemenceau.

4André Martin : Mais vous aviez auparavant rencontré Émile Cohl  ?

5Robert Lortac : Oui, j’ai rencontré Cohl en 1916, après ma sortie de l’hôpital. Nous travaillâmes ensemble, il était directeur à l’Éclair-Journal et m’acheta quelques petites bandes humoristiques de 15 à 20 mètres [qui étaient] insérées dans les actualités. Cohl [avait été] à New York où il travailla pour certains réalisations américaines, [mais] son apport était purement technique.

6André Martin : Peut-on penser que Cohl fut l’initiateur de ce type de productions  : les courtes bandes de 30 mètres insérées dans les actualités  ?

7Robert Lortac : Cohl ne fut pas le premier à réaliser des dessins animés. Il y eut avant un prestidigitateur qui le précéda au Musée Grévin, un certain Émile Reynaud. Il y eut aussi [Benjamin] Rabier, qui était employé aux Halles et fut le premier dessinateur français à pouvoir se payer sa maison. Il y eut aussi [Marius] O’Galop qui réussit moins bien. Il se refusait à travailler en équipe pour garder le secret du procédé. C’était pendant la guerre, avant 1918. Je n’ai pas connu Max Pinchon, il dessinait dans un journal pour enfants. J’ai connu [Albert] Mourlan, mais pas ses films.

8Je partis en Amérique en 1918. [Jean] Martet me confia une exposition d’œuvres d’artistes français mobilisés. Nous itinérâmes, avec le concours de la War Exhibition, qui montrait outre nos tableaux, différents trophées de guerre  : canons, etc. Nous traversâmes quantité d’États, «  dry ou wet » selon les cas. Nous montions notre Expo [sition] pendant la nuit dans les bibliothèques, salles de mairies, etc. Chaque exposition durait, un, deux, trois jours, selon l’importance de la ville. La tournée dura un an. Le gouvernement français nous avait donné sa bénédiction mais pas un sou. J’étais associé avec un monsieur Leblanc, marchand de tableaux, qui pensait tenir une affaire rentable. Il m’avoua plus tard, s’être embarqué sans l’argent du retour. Un imprimeur d’origine allemande nous imprima gracieusement nos catalogues pour prouver son loyalisme.

  • 2 «  Il fit même un jour un pari impressionnant… qu’il gagna d’ailleurs  : il s’engageait à composer (...)

9J’ai fréquenté beaucoup les cinéma, mais aucun studio. Je découvris un certain Mutt and Jeff qui était diffusé dans l’Amérique entière à raison d’une bobine de 300 mètres chaque semaine. Je compris que des équipes s’étaient constituées. Il y avait Winsor McCay, qui dessinait dans le New York Herold Tribune du dimanche, une série à succès Little Nemo. Il fit un pari demeuré fameux2. [Mais,] il y eut le drame de l’admission en franchise des comics [américains] qui lésa gravement les dessinateurs français au profit des marchands dont le champagne [par exemple] était en contre parti [des films] admis en franchise aux États-Unis.

10En revenant des États-Unis, j’ai travaillé pour Publi-Ciné à partir de 1919-1920. Cela dura vingt-deux ans. Je réalisai mes films ici, à Montrouge ( après avoir quitté mon atelier du bd Saint-Jacques ) où j’installais ma première équipe. J’avais cinq appareils de prise de vue. Au sous-sol, s’effectuait la prise de vue et les dessinateurs travaillaient au second étage. L’équipe comprit jusqu’à 14 dessinateurs, dont Savignac. Il ne parvenait d’ailleurs pas à dessiner et était employé à nettoyer les cellulos. Nous employâmes le cellulo à partir des premiers Mickeys. Nous en trouvions facilement, même pendant la guerre. Cela se situe en 1919 ( juste après la guerre car nous étions aux États-Unis pour l’armistice ). Il y avait Maleva  : c’est-à-dire Mallet qui était mon chef d’atelier et [ qui ] est aujourd’hui professeur à l’École des métiers d’arts de la rue de Thorigny où je fus professeur de dessin animé en 1939, plus Évariste Quesada, et Cheval qui était postier. Son ami intime s’appelait Motto. Cheval dessinait. Payen et Rigal débutèrent aussi chez moi.

11Je faisais de tout  : dessin, animation sonorisation, etc., il n’existe pas de listes de mes films. Dans ces publicitaires ( de 300 m ) il y avait l’Eau des géants et la Poudre des nains, ça date de 1920 ou 1925. Tout fut vendu à Pathé, ou Gaumont mais j’ai commencé [à réaliser des films] publicitaires avant Pathé, etc.

12En 1935, il y eut des [des films] publicitaires en Gasparcolor, d’abord en bi-chromie, vert et rouge. Avec Joliot, qui était un ami, nous cherchâmes un procédé de films en couleurs et nous nous associâmes. Son procédé consistait en ceci  : il y avait une émulsion verte d’un côté du film, une rouge de l’autre et, entre, une pellicule opaque qui empêchait le voilage. Son mariage mit fin à ses travaux. Il avait à Sceaux un grand atelier dans lequel je me rendais avec un ami qui avait inventé une voiture dénommée «  l’œuf  ».

13Publi-Ciné fut vendu à Havas, vers 1945. J’ai voulu convaincre le directeur Semama de renoncer en certains cas au dessin animé, sans succès. Havas congédia tout le personnel sauf l’administratif. Il n’était pas satisfait de notre production qui souffrait de manque de moyens. En 1945, on payait 200 francs le mètre, sonorisation comprise, avec 12 musiciens parfois. Havas paya alors 1 000 francs le mètre.

Haut de page

Notes

1 Fonds Raymond Maillet, coll. Afca, sans date, c. 1965.

2 «  Il fit même un jour un pari impressionnant… qu’il gagna d’ailleurs  : il s’engageait à composer en30 jours les 10.400 dessins d’un film de 200 mètres. Il consomma pour ce faire une quantité ahurissante de papier et d’encre, mais réussit ce tour de force dans les délais voulus.  », C. Lullaud [à prononcer«  cellulo  »], «  Les dessins animés  », Cinémagazine, n° 9, 27 février 1925 ; pari mis en scène dans Winsor McCay, Little Nemo ( 1911 ), NdE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Martin, « Entretien avec Robert Lortac », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 59 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://1895.revues.org/3937 ; DOI : 10.4000/1895.3937

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page