Navigation – Plan du site
L’avènement du « musicien de film »

Entretien avec Henri Dutilleux

Stéphane Chanudaud

Texte intégral

1Henri Dutilleux, l’un des compositeurs marquants de la seconde moitié du XXe siècle, apporte ici son témoignage et son souvenir d’une partie de son œuvre dont on ne parle pas assez. Sa musique de cinéma a fait place à une œuvre de concert très importante, de la Première symphonie à The Shadows of Time, en passant par Timbres, espaces, mouvements et c’est sans doute pour cela que l’on ne se souvient plus de ses collaborations passionnées avec les cinéastes Henri Decoin, Jean Grémillon et Jean Gehret.

2Le compositeur écrit sa première partition de cinéma pour Fille du diable d’Henri Decoin en 1946. Cette collaboration avec le cinéaste marque l’utilisation, à l’écran, d’une écriture musicale « avant-gardiste » et contemporaine.

3Malgré son amour des images, Henri Dutilleux n’écrira que peu pour le film, trop pris qu’il fut, dès les années cinquante, par une œuvre de concert imposante. C’est pourquoi chacune de ses collaborations au cinéma revêt un caractère exceptionnel et représente, chaque fois, un modèle du genre. En outre, elles confirment la complicité et l’apport heureux, à l’écran, de la montée croissante de l’« avant-gardisme » et de la « contemporanéisation » de l’élément sonore.

4Parmi les partitions que le compositeur offre au cinéma, il faut citer celle, exceptionnellement importante, qu’il compose en 1948 pour le Crime des justes de Jean Gehret ; sans oublier sa participation au film de Jean Grémillon – pour qui Dutilleux aura une affection toute particulière – l’Amour d’une femme en 1953.

5En 1987, le compositeur réadapte une partie du second mouvement de sa Première symphonie pour Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat, montrant encore une fois combien sa musique est d’actualité et vectrice d’émotion et d’expression aux images mêmes du cinéma contemporain. On ne peut que regretter que le compositeur ne soit pas plus souvent sollicité pour ce type de collaboration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Chanudaud, « Entretien avec Henri Dutilleux », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 38 | 2002, mis en ligne le 08 mars 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/371 ; DOI : 10.4000/1895.371

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page