Navigation – Plan du site
Archives

De l’Île des enfants perdus à la Fleur de l’âge : le projet chaotique et mythique de Marcel Carné et Jacques Prévert

From l’Île des enfants perdus to la Fleur de l’âge : the Chaotic and Mythic Project of Marcel Carné and Jacques Prévert
Carole Aurouet
p. 96-133

Résumés

L’Île des enfants perdus, devenu en 1946 la Fleur de l’âge est un projet avorté de Marcel Carné, d’après un scénario et des dialogues de Jacques Prévert. Après de vaines tentatives de réalisation entre 1936 à 1946, le tournage débute enfin le 28 avril 1947. Mais après trois mois, il s’arrête brutalement. À ce jour, les rushes tournés demeurent introuvables, engendrant les rumeurs les plus abracadabrantes et contribuant à conférer à ce film très prometteur un statut mythique. Carole Aurouet revient sur ce projet complexe et mystérieux, présentant des documents d’archives de nature diverse et tous inédits (lettres, télégrammes, traitement, découpage technique, photographies de plateau, etc.) qui lui permettent notamment de cerner avec rigueur les différentes étapes de l’élaboration du projet et du tournage de ce film et d’en reconstituer leur chronologie.

Haut de page

Texte intégral

« Moi, j’adore le cinéma à la condition qu’on lui laisse un peu de liberté vivante.
Je préfère les films un peu “gênants”, qui mettent les gens mal à l’aise.
C’est une idée comme une autre ! »
Jacques Prévert
Premier Plan, n°14, 1960

  • 1 Sur le sujet, voir mon ouvrage les Scénarios détournés de Jacques Prévert, Paris, Dreamland, 2003.
  • 2 La Marie du port rencontra certes quelques difficultés – si bien que Prévert ne fut pas crédité au (...)
  • 3 Initialement nommé l’Île des enfants perdus, le projet fut désigné par le titre Lame de fond lorsqu (...)

1Si plusieurs scénarios écrits par Jacques Prévert connurent bien des déboires – sa filmographie repose en effet sur un cimetière de projets non aboutis1 – sa collaboration avec Marcel Carné fut relativement épargnée2 et s’avéra très prolifique. En dix ans, les deux hommes réalisèrent sept longs métrages qui ont marqué l’histoire du cinéma : Jenny (1936), Drôle de drame (1937), le Quai des brumes (1938), le Jour se lève (1939), les Visiteurs du soir (1942), les Enfants du paradis (1943-45) et les Portes de la nuit (1946). Cependant, à cette liste aurait dû s’ajouter un autre film, sur lequel toutes les déconvenues se sont focalisées : l’Île des enfants perdus, devenu en 1946 la Fleur de l’âge3. Ce projet était à bien des égards extrêmement prometteur : un scénario de Prévert axé sur les bagnes d’enfants qui faisaient malheureusement fréquemment l’actualité des années 30, une distribution époustouflante qui réunissait bon nombre des têtes d’affiche de l’époque (Arletty, Anouk Aimée, Martine Carol, Serge Reggiani, Paul Meurisse et Julien Carette entre autres), une équipe technique de grande qualité (Alexandre Trauner pour les décors, Joseph Kosma pour la musique, Antoine Mayo pour les costumes et Roger Hubert pour la lumière), un décor naturel – celui de Belle-Île –, etc.

2En examinant l’ensemble des archives de Fatras/Succession Jacques Prévert, j’ai découvert un nombre conséquent de documents de nature diverse, qui permettent notamment de cerner les différentes étapes de l’élaboration du projet et du tournage et d’en reconstituer leur chronologie. Certains de ces documents sont présentés en annexes, éclairés par des notes de bas de page nécessaires à la bonne compréhension de l’ensemble. Ceux qui présentent un intérêt graphique sont reproduits en fac-similé. Les autres sont dactylographiés. Ce dossier s’inscrit dans un processus de redécouverte de l’Île des enfants perdus/la Fleur de l’âge : la réalisation du documentaire Carnet de naufrage par Claudine Bourbigot et Elisabeth Feytit (diffusion sur la chaîne Odyssée en 2005), la publication d’un premier article dans Positif (septembre 2005, n°535, pp. 68-72) et ma communication dans le cadre du séminaire « Genèses cinématographiques » de Jean-Loup Bourget et Daniel Ferrer à l’ENS-Ulm (7 décembre 2005). Avant de laisser la parole à ces documents inédits, quelques précisions et repères s’imposent afin de replacer le projet dans son contexte et de mettre en lumière le caractère cru et engagé du scénario original.

La chasse à l’enfant

3Au début des années 1930, des révoltes éclatent dans plusieurs maisons de redressement pour mineurs. Le 15 octobre 1933, quinze pupilles s’évadent de celle de Mettray. Le 27 août 1934, des enfants se rebellent et s’enfuient de celle de Belle-Île. Les îliens et les vacanciers participent activement à ce que l’on peut qualifier de véritable traque. Une prime de vingt francs par tête est offerte. Certains habitants reçoivent jusqu’à deux cents francs. Les petits bagnards sont repris et battus avec tant de force que leurs cris retentissent dans l’île. Le 26 septembre 1936, une nouvelle révolte éclate dans la maison de redressement pour jeunes filles de Boulogne-Billancourt et une dizaine d’entre elles s’évadent. Le 8 avril 1937, Roger Abel, un jeune détenu, meurt de la tuberculose dans un cachot humide où il a été enfermé durant trente-huit jours.

  • 4 Danielle : Vous êtes allé à Belle-Île ?
    Lucien : Oui, j’y suis resté onze ans.
    Danielle : On aurait p (...)
  • 5 L’article de Jacques Prévert du 3 octobre 1936 fait en effet ricochet puisque suivirent dans la Flè (...)
  • 6 Voir à ce sujet la Force de l’âge de Simone de Beauvoir qui couvre la période 1929-1943 : « Sur un (...)

4Jacques Prévert est de ceux qui s’engagent contre le régime pénitencier des mineurs. Fin 1934-début 1935, il écrit la Chasse à l’enfant. Mise en musique par Joseph Kosma et interprétée par Marianne Oswald, cette chanson fit scandale et provoqua les manifestations hostiles des gardiens de bagnes. Début 1936, Prévert évoque le thème en filigrane dans Jenny, par le biais d’un court dialogue entre Danielle et Lucien4. Le 3 octobre 1936, il écrit un long article dans la Flèche pour défendre les jeunes filles de Boulogne-Billancourt et s’en prend violemment à la directrice de l’établissement, Marcelle Géniat. Ces événements marquent les esprits : Jean Rougeul et Jacques-Bernard Brunius prennent également la plume5. Quant à Simone de Beauvoir – alors jeune enseignante, tout comme Jean-Paul Sartre – elle est aussi très choquée6.

5Dans l’Île des enfants perdus, écrit fin 1935-début 1936, Prévert laisse éclater son indignation de façon plus substantielle. Le texte le plus ancien auquel j’ai pu avoir accès est un tapuscrit qui se nomme l’Île des enfants perdus ; sous-titré « exposé », il compte quarante-huit pages [Annexe II.1.]. Dans ce scénario, Prévert se mobilise avec véhémence contre le régime carcéral des enfants, en le construisant autour d’une double histoire d’amour se déroulant sur fond de pénitencier. Danielle Vicaire est une jeune fille en vacances à Belle-Île avec son père – un riche industriel – sa mère et Simon Brivard – « un jeune homme “très bien” champion de ping-pong et fils de Brivard & Cie, une grosse maison de tissus » – à qui elle doit être mariée afin d’assurer la prospérité des affaires familiales. Danielle n’éprouve aucun sentiment à l’égard de Simon qu’elle trouve même « prétentieux et cruel » et avec qui elle s’ennuie considérablement. Sur l’île, elle rencontre des jeunes bagnards et apprend ainsi l’existence du pénitencier. Il y a entre autres « Schwing gum, un petit acrobate qui fait rire tout le monde », « la Brindille ainsi appelé parce qu’il ne sait faire qu’une seule chose, balayer », « Mésange parce qu’il chante tout le temps » et « Jean-Louis, celui qui dit non ». C’est de ce dernier qu’elle s’éprend. Et puis il y a Paulette, « très jeune et très jolie », la fille de Cravier, « un bonhomme qui fait l’élevage de cochons… » dont la femme s’est enfuie avec un officier deux mois après la naissance de l’enfant. Paulette aime Pierre Olivet, un jeune détenu. À l’intérieur du pénitencier, « un seul gardien montre des sentiments humains… », en l’occurrence Poléon, et les maltraitances qui sont monnaie courante sont exposées crûment. Une rébellion éclate le jour où Pierre Olivet décède dans les bras de Paulette, après s’être pendu dans sa cellule. Les mineurs s’évadent et se répandent dans l’île. Un paysan donne l’alerte. Les habitants s’arment. On détache les chiens « … et la chasse à l’enfant commence… ». Le dénouement est tragique : le directeur du pénitencier est tué, Paulette se suicide en se jetant du haut d’un rocher, Jean-Louis – après avoir été caché par Danielle dans une grotte – est repris. Les prises de position publiques de Prévert et le contenu de l’Île des enfants perdus ainsi exposés, il est plus aisé de comprendre que mener à bien un tel projet dans la France de 1936 ne fut pas facile et que les embûches se multiplièrent sur le parcours de Carné et Prévert.

La production du film

6C’est en août 1936 que Jean Salviche accepte de produire le film mais les événements des maisons de redressement comme les engagements de Prévert sur le sujet effraient et reviennent fréquemment remettre en cause le projet. La correspondance conservée dans les archives Fatras/Succession Jacques Prévert témoigne des difficultés rencontrées par Carné et Prévert cette année-là : tractations avec le producteur [Annexe I.1.] et démarche auprès du Ministère de la Santé publique [Annexe I.2.]. Malgré tout, le tournage est annoncé en avril 1937. Mais en juin de la même année, il est reculé. En mai 1938, le film change de producteur. C’est Raymond Blondy – ancien directeur de production de Jenny – qui est désormais à la tête du montage financier. Le mois suivant, le film est interdit par la censure. En novembre 1938, une tentative de reprise avec la Transcontinental avorte. En juin 1939, le film est définitivement arrêté par la censure.

7Après cette lutte obstinée mais vaine, la guerre met un terme aux espoirs de Carné et Prévert et ce n’est qu’en août 1946 que le projet refait surface lorsque le producteur Nicolas Vondas décide de le reprendre avec Arletty, à qui il voue une immense admiration. Carné et Prévert se lancent à nouveau dans l’aventure. Seulement, ils doivent faire des concessions, notamment au niveau du scénario [Annexes I.3./I.4./I.5.]. Prévert transforme alors le rôle de la jeune Danielle prévu pour Danielle Darrieux en celui de Florence, une femme d’âge mûr, pour Arletty qui est alors âgée de quarante-huit ans. Comme au sortir de la guerre on prétend que le public ne souhaite plus voir de films « noirs et sociaux » (à l’exception sans doute des films « noirs » américains !), Vondas lui demande aussi d’ajouter des scènes plus « luxueuses » et plus distrayantes, ce à quoi Prévert aurait rétorqué : « On ne peut tout de même pas mettre une boîte de nuit dans le pénitencier ! ». Il crée cependant une bande de Parisiens décadents qui évoluent sur un yacht afin de mettre en scène quelques moments galants et amusants. Est aussi ajouté le bal du 14 juillet. Tels sont les principaux changements opérés. Les archives Fatras/Succession Jacques Prévert contiennent un découpage technique de deux cent soixante-et-onze pages, daté d’avril 1947. La Fleur de l’âge a été écrit sur la couverture par Prévert. C’est la version la plus ancienne que j’ai pu retrouver, la dernière avant le tournage [Annexe II.2.]. Mais onze ans après les craintes des institutions et des productions, et malgré les modifications apportées au scénario, la Fleur de l’âge faillit bien à nouveau ne pas voir le jour. En effet, le 2 avril 1947, après une très longue discussion, le découpage technique est adopté de justesse par la Commission de Contrôle des Films cinématographiques : cinq voix contre, cinq voix pour, dont celle, prépondérante, du Président !

  • 7 Ces informations sont communiquées dans le compte rendu collectif des conférences tenues le mardi 3 (...)

8Le premier tour de manivelle est enfin donné le 28 avril 1947. Mais le tournage va s’avérer chaotique, à l’image de la genèse du projet : climat capricieux [Annexe I.6.], difficultés financières, tensions relationnelles, noyade d’un figurant, arrêt cardiaque du chien dressé pour le film, grèves des techniciens, retard considérable sur le plan de travail, modifications drastiques du scénario au jour le jour, etc. J’arrête ici une liste qui relève d’un véritable… « inventaire à la Prévert » ! Durant les trente-deux premiers jours de tournage, soixante-neuf plans ont été réalisés. Il en reste deux cent quatre-vingt-deux à tourner en extérieur : trente-neuf sur un yacht, cinquante-quatre nécessitant la présence d’un cargo et cent quatre-vingt-neuf dans différents lieux de Belle-Île7. Des modifications draconiennes du scénario s’imposent alors pour que le film puisse être terminé. Des propositions de modifications sont effectuées au fur et à mesure du tournage par le scénariste ; elles se référent à la numérotation du découpage technique [Annexe II.3.]. Des problèmes de communication entre les différents protagonistes voient le jour et engendrent des tensions entre Carné et Prévert, palpables à la lecture des télégrammes échangés par les deux hommes [Annexes I.7/I.8./I.9.]. Fin juillet 1947, le tournage est arrêté définitivement.

  • 8 Voir par exemple les Portes de la nuit (1946) où Jean Vilar interprète le personnage du Destin ou e (...)
  • 9 Marcel Carné n’évoque pas cet épisode dans l’édition de 1975 de ses mémoires (la Vie à belles dents(...)

9Mais les mésaventures ne sont pas terminées et le fatum – que Prévert s’est plu souvent à mettre en scène dans ses scénarios8 – s’acharne. En 1948, après des essais infructueux de reprise par la production, Carné et Prévert finissent par céder leurs droits et par se couper ainsi irrémédiablement de ce projet cinématographique qui aura couvert toute leur collaboration pour en sonner finalement le glas [Annexe I.10.]. Puis, nouveau coup du sort, au début des années 1950, les rushes s’évanouissent mystérieusement dans la nature. Dans ses mémoires, Carné clôt ainsi le chapitre de la Fleur de l’âge : « … Jusqu’au moment où Christine Gouze-Rénal se déclare intéressée. Elle souhaite montrer ce qui a été tourné à son beau-frère François Mitterrand, alors Ministre des Colonies. Nous partons pour le Centre du Cinéma où a lieu la projection. À la fin, nous quittons la salle, discutant de ce que nous avons vu, des possibilités éventuelles de reprise du tournage. Dans le feu de la conversation qui se poursuit dehors, j’oublie de récupérer le film et nous nous séparons. Je reviens le lendemain : les bobines ont disparu. Elles n’ont jamais pu être retrouvées... »9. Si l’on en croit le cinéaste, il y aurait donc eu deux supports, d’une part les rushes du tournage et d’autre part un premier montage d’une vingtaine de minutes… Outre le caractère prometteur du film, cette disparition énigmatique concourt bien évidemment à le mythifier. Il est devenu l’objet de tous les fantasmes, engendrant les rumeurs et les hypothèses les plus abracadabrantes sur les aléas de sa réalisation comme sur les raisons de la perte des rushes. Où sont passées ces bobines tant convoitées ? Le mystère reste entier. Peut-être les retrouverons-nous un jour, avant que le temps ne les ait détruites… Les seuls témoignages visuels de la Fleur de l’âge sont désormais les photographies de tournage prises par Émile Savitry.

Je tiens à exprimer toute ma gratitude à Eugénie Bachelot Prévert qui, en tant qu’ayant droit, m’a donné accès aux archives Fatras/Succession Jacques Prévert et m’a autorisée à communiquer certains documents inédits, ainsi qu’à Elsa Henriquez qui m’a permis de reproduire les photographies de tournage d’Émile Savitry.

Haut de page

Annexe

 

I. Correspondances

I.1. Lettre dactylographiée de Jean Salviche10 à Jacques Prévert et Marcel Carné11 : 6 août 193612

Paris, le 6 août 1936.
Messieurs Jacques Prévert et
Marcel Carné
Paris

Messieurs, 

Comme suite à nos divers entretiens de ces dernières semaines, nous avons l’avantage de vous confirmer que nous avons décidé de produire le film L’Île des enfants perdus, au cours de cette saison.

Toutefois, désirant faire de ce film une production française de premier ordre, et d’un niveau artistique incontestable, il ne nous est pas possible de nous engager financièrement sans être assurés auparavant, de pouvoir exploiter le film librement : c’est-à-dire sans avoir à redouter le veto tardif de la Censure.

C’est pourquoi nous serions désireux d’obtenir le plus rapidement possible toutes garanties en ce sens.

Nous attendons le résultat des démarches que nous vous avons demandé d’entreprendre à cet effet. 

Dans l’espoir que nous pourrons commencer au plus tôt la réalisation de cette œuvre à laquelle nous attachons beaucoup d’importance,

Nous vous prions d’agréer, Messieurs, l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

J. Salviche
(Signature)

I.2. Lettre dactylographiée de Marcel Carné et Jacques Prévert au Ministre de la Santé Publique : 21 août 193613

Paris, le 21 août 1936

Monsieur le Ministre de la Santé Publique
Cabinet Technique
7, rue de Tilsitt
Paris

Monsieur le Ministre,

Sur la demande de M. Viborel, de la Commission Technique de la Propagande, et à la suite de différentes entrevues que nous avons eues avec plusieurs de vos collaborateurs, Mme Suzanne Lacorre, Mme Alice Joualle et le Docteur Hazemann, nous avons l’avantage de vous adresser ci-joint un résumé provisoirement intitulé L’Île des enfants perdus, film dont nous envisageons la réalisation prochaine. Vous trouverez également sous ce pli copie de la lettre qui nous a été adressée par M. Jean Salviche, producteur de ce film14.

Nous attirons tout particulièrement votre attention sur le fait que ce film ne sera pas un documentaire, mais un film « anecdotique » dont une faible partie seulement se déroulerait à l’intérieur de la Maison d’Éducation surveillée.

De plus, et ainsi que nous l’avons indiqué à Mme Suzanne Lacorre, un premier sous-titre indiquerait que l’action se passe en 1934 ou 35, et ce film assez sombre par lui-même se terminerait par la publication des améliorations apportées par le Gouvernement du Front Populaire, publication s’inspirant de la déclaration du droit de l’Enfance « Jeunesse 1925 ».15

Nous ne vous demandons, Monsieur le Ministre, aucun patronage officiel, mais simplement une sorte d’appui moral nous permettant de prouver à nos producteurs que vous n’êtes pas hostile à la réalisation et à l’exploitation d’un film dont le caractère social et propre ne pourrait vous échapper.

Dans l’espoir d’une prompte réponse – les exigences de la prise de vues à l’extérieur nous faisant une obligation de réaliser ce film avant la mauvaise saison – nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos salutations fraternelles.

Marcel Carné et Jacques Prévert

I.3. Lettre manuscrite de Nicolas Vondas16 à Jacques Prévert : 31 décembre 1946

25, avenue du Parc Saint James
Neuilly s/ Seine
31 décembre 1946

Cher Monsieur Prévert,

Je regrette que vous n’ayez pu encore me remettre le synopsis que vous me promettez depuis un mois.

Je ne puis qu’attribuer à cette question une importance primordiale, depuis que vous m’avez révélé, en présence de Mr Koustoff17, au cours de la visite que je vous ai faite
le 21 décembre, que votre sujet avait été écarté par la censure avant la guerre.

Je ne vous cache pas que c’est à cause de cette révélation que le retard de votre travail m’inspire toutes les inquiétudes. Mettez vous à ma place !

J’espère, comme vous me l’avez promis, que vous aurez terminé pour le 15 janvier au plus tard, le traitement dont vous nous avez lu le début, en présence de Mr Carné, cet après-midi, de manière à ce que vous puissiez avoir terminé le découpage avec Mr Carné, au plus tard le 15 mars.

S’il vous est franchement impossible de respecter ce programme que vous avez accepté, et à cette condition, je continuerai à prendre toutes les dispositions voulues pour la réalisation du film.

C’est pourquoi je vous prie de bien vouloir me le confirmer par écrit et sans réserves, le plus tôt possible.

J’ai besoin de cette assurance formelle de votre part pour pouvoir justifier envers moi-même les risques que j’ai déjà pris et toux ceux qu’il est nécessaire que je prenne si le film doit se réaliser.

Avec mes sincères souhaits pour 1947, croyez, Cher Monsieur Prévert, à mes meilleurs sentiments.

(Signature)

I.4. Lettre dactylographiée de Nicolas Vondas à Jacques Prévert : 2 mars 1947

25, avenue du Parc Saint James
Neuilly s/ Seine
2 mars 1947
Monsieur Jacques Prévert
Paris.

Cher Monsieur Prévert,

J’ai essayé à différentes reprises de vous téléphoner, ce matin, comme c’était convenu. Vous ne répondiez pas !

Je suis obligé de constater que vous me mettez dans une situation inextricable. Il n’est pas possible d’entreprendre la réalisation d’un film de cette importance dans les conditions que vous m’imposez du fait qu’à l’heure actuelle nous n’en sommes qu’au quart à peine du découpage ! Comment puis-je espérer que d’ici le 15 mars ou même le 18, vous puissiez en avoir terminé ? La qualité de votre travail ne pourra que se ressentir du fait qu’après 7 à 8 mois de préparation, nous ne soyons pas plus avancés. Cela se constate déjà dans votre traitement où la deuxième partie est beaucoup moins travaillée que la première, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire. Et je ne veux pas recommencer l’expérience que viennent de faire les producteurs du film de votre frère qui attendaient, pendant le tournage, votre texte afin de pouvoir tourner18.

Je regrette d’avoir à vous rappeler qu’au moment où vous vous êtes engagé envers moi, cet été, vous saviez que Madame Prévert attendait un enfant et que vous alliez avoir à subir les perturbations que cet événement entraînerait pour vous19. Dans cette circonstance, j’ai, quant à moi, fait preuve de la plus grande compréhension à tous les points de vue pour faciliter votre travail.

J’ai le plus vif regret de constater que je ne suis pas payé de retour, car je ne suppose pas un seul instant que vous ne vous rendez pas compte de la situation dans laquelle vous me mettez du fait de votre retard, retard qu’il devient chaque jour plus problématique de rattraper.

Les billets étant pris, je pars ce soir avec Carné, mais je ne vous cache pas que je ne prendrai pas de yacht, pas plus qu’aucun nouvel engagement avant le 18 mars, date à laquelle vous m’avez promis de livrer votre travail. Et si à cette date extrême vous n’avez pas encore pu me donner satisfaction, je ne pourrai que faire examiner par qui de droit professionnellement et syndicalement quelles mesures je devrai prendre pour mettre un terme à cette malheureuse aventure, en réservant tous mes droits.

Veuillez agréer, Cher Monsieur Prévert, mes salutations bien déçues20.

(Signature)

I.5. Lettre dactylographiée de Marcel Carné à Nicolas Vondas : 13 mars 1947

Le…

En main votre lettre en date du 12 courant.

Je proteste de la manière la plus formelle contre le travestissement des faits tels que vous les présentez.

Contrairement à ce que vous prétendez, le report de deux semaines que je vous ai demandé ne provient pas du fait que je veuille tourner trois semaines sans acteurs au lieu d’une, suivant une estimation faite sans découpage et uniquement dans le but de vous faciliter votre tâche de producteur sans que ma fonction m’y contraigne. C’est renverser singulièrement le problème que de le prétendre, alors que l’état du scénario et celui de la préparation matérielle du film sont seuls en cause.

En effet, aujourd’hui 13 mars, où en sommes nous. Seul un peu plus du tiers du découpage est achevé et, suivant votre devis doit être revu ; pas un seul costume commandé (yacht et pénitencier). À ce jour tous les tissus ne sont pas encore trouvés, et il faudra en teindre d’autres à la demande d’Hubert ; dans l’expectative en ce qui concerne le cargo, dans l’indécision – de votre part – en ce qui concerne le yacht. Malgré mes recherches et mes efforts en ce sens, et tout en ne ménageant ni mon temps ni ma peine, deux ou trois acteurs principaux (Pierre – Le Chou – Marie-Christine, etc, etc…) non désignés ; pas de pellicule, pas d’autorisation officielle, pas d’autorisation gouvernementale, aucun essai d’Arletty effectué, etc…

C’est uniquement en considérant cette situation alarmante que je vous ai demandé de reporter le film au 5 mai.

Que se passait-il alors ? Aux dires de Monsieur Koustoff aucun contrat d’acteur, à l’exception de celui d’Arletty, (engagée avant moi), n’était à retarder. Restait Hubert21, et son équipe, engagés à partir du 17 avril.

Que devais-je faire ? Les laisser à Paris à ne rien faire, leurs contrats ayant pris effet, où les faire partir néanmoins pour Belle-Isle et m’efforcer de leur trouver une occupation utile durant treize jours ? (différence 7 jours et non quatorze comme le prétend votre lettre) qui nous séparaient du 5 mai.

J’optais pour la seconde solution, préférable à mon sens et, dans ce but me livrais à un travail de dépouillement au fur et à mesure du découpage (dont vous trouvez le double
ci-joint).

Il ne s’agissait plus, dès ce moment, de tourner les quelques plans de transparence envisagés pour une semaine, mais tous les plans documentaires de toutes les séquences du film. Hubert que je consultai, me marqua sa désapprobation en raison des risques de changements de lumières… toujours possibles. Je passais outre, désireux d’avancer, par la suite, le travail le plus possible.

Après avoir, avant-hier, devant témoins, accepté le principe de ce recul, vous croyez devoir par votre lettre du 12 mars revenir sur votre décision. Je ne puis que m’incliner, si vous persistez dans votre manière de voir. De même que je ne puis que m’incliner si vous désirez que je ne tourne durant une semaine à peu près, exclusivement que les vues documentaires nécessaires aux transparences.

En effet, je suis de l’avis d’Hubert, la qualité photographique du film ne pourra qu’y gagner.

Je persiste toutefois, et je crois de mon devoir, pour toutes les raisons indiquées plus haut, de vous mettre en garde contre les craintes que j’éprouve en ce qui concerne la date du 24 avril pour le début des prises de vues avec acteurs. Mais naturellement vous demeurez entièrement libre de maintenir cette date. Je ne puis, quant à moi, que dégager ma responsabilité pour le cas où ne nous serions pas prêts, encore que, vous me connaissez suffisamment, pour savoir que je continuerai à faire tout ce qui sera en mon pouvoir pour que le soyons.

Enfin, en ce qui concerne le délai de dix-sept semaines, je crois inutile de vous faire remarquer qu’aucun metteur en scène au monde n’est capable de fixer à deux ou trois semaines près, la durée du tournage d’un film avant le découpage. Cela de votre propre aveu, plusieurs fois répété et devant témoins.

À la signature du contrat, on ne peut qu’évaluer approximativement la durée de réalisation d’un film, surtout, si l’on ne possède, comme c’était le cas, qu’un embryon d’histoire – exactement, jamais – Je ne crois pas qu’un professionnel puisse s’élever contre une telle affirmation. – De plus, vous n’ignorez pas que le scénariste de L’Isle a subi sur votre demande expresse par la présence d’Arletty, non prévue à l’origine (et que vous désiriez voir évoluer dans un milieu luxueux) des modifications considérables, entraînant des difficultés de réalisation infiniment plus grandes que vous ne pouvez nier22. – Il n’est pas jusqu’à la révolte au cimetière (au lieu du réfectoire, comme prévue à l’origine), qui ne complique singulièrement ma tâche.

C’est en envisageant toutes ces choses, qu’il m’est apparu que vingt semaines seraient peut-être nécessaires à la réalisation du film, et c’est pourquoi connaissant les difficultés actuelles de tous ordres, j’ai cru préférable d’en tenir compte le plus tôt possible…

Il va sans dire que, le découpage terminé, si, à ce moment, le décompte des numéros que j’effectue au jour le jour, me montre que dix-sept semaines sont suffisantes, j’en serai le premier ravi, pour mille raisons qu’il serait trop long de vous énumérer ici.

Mais encore une fois, je ne saurais vous fixer sur ce point, avec le maximum de sûreté, que le découpage entièrement terminé.

Pour me résumer, je reste à votre disposition et attends votre réponse concernant : la date de début que vous envisagez (sous votre seule responsabilité) pour les extérieurs sans acteurs ; 2° - pour les extérieurs avec acteurs.

Veuillez agréer, cher Monsieur Vondas, l’assurance de mes sentiments dévoués.

I.6. Télégramme de Marcel Carné à Jacques Prévert : 9 mai 1947 à 8h30

Le 9 mai à 8h30
Marcel Carné – Le Palais – Morbihan

Devant mauvais temps persistant envisageons tournée Porquerolles. Stop. Réfléchis et réponds télégraphiquement ce que tu en penses.
Amitiés.
Marcel

I.7. Télégramme de Marcel Carné à Jacques Prévert : 30 mai 1947 à 9h15

Le 30 mai à 9h15
Marcel Carné – Le Palais – Morbihan

Apprends que le yacht quitte film quinze juin à la suite manœuvres tortueuses Vondas. Stop. Te demande faire pression immédiatement sur lui en refusant net toute modification scénario s’il n’obtient pas recul trente juin possible avec paiement débit stock sinon début film risque être coupé.
Amitiés.
Carné

I.8. Télégramme de Marcel Carné à Jacques Prévert : 14 juin 1947 à 8h10

I.9. Télégramme de Jacques Prévert à Marcel Carné : 14 juin 1947 à 13h.

Le 14 juin à 13h.
Marcel Carné – Le Palais – Morbihan
Urgent

Ayant depuis longtemps terminé et livré scénario découpage et dialogues acceptés par réalisateur et producteur, me suis rendu Belle-Isle pour arranger différends entre acteurs et par la suite n’ai accepté modifications et coupures scénario qu’après communication protocole signé par toi stop Chéret23 Stop Direction Générale Cinéma stop et Trauner24. Stop Me suis borné à faire suggestions comme tu me le demandais et uniquement pour le bien du film et pour le tien te sachant situation difficile stop
Ignorais absolument télégramme impératif et catégorique Vondas et n’y suis pour rien – ne suis pas d’accord avec ce procédé mais trouve absolument impossible pour ne pas dire plus ton dernier télégramme et te prie rentrer grands chevaux dans petites écuries.
Bien à toi.
Jacques Prévert.

I.10. Lettre manuscrite de Jacques Prévert à Nicolas Vondas : 30 mai 194825

Monsieur Vondas
24 place Malesherbes
Paris

Cher Monsieur

J’ai reçu copie de la lettre que Marcel Carné vous a adressée de Rome, le douze mai et vous en remercie.

J’ai lu avec une certaine surprise et avec beaucoup d’attention cette lettre où Marcel Carné vous confirme qu’il serait d’accord pour que vous procédiez à la terminaison de La Fleur de l’âge avec un autre réalisateur que lui-même et précise qu’il vous laisserait libre de disposer comme vous l’entendriez, en tout ou en partie, des scènes réalisées par lui et de modifier le découpage « si l’auteur littéraire ne s’y oppose pas ».

Ne voulant pas en cette « affaire » me montrer plus royaliste que le roi et prenant en considération les circonstances difficiles que vous traversez actuellement et que vous m’avez exposées lors de mon séjour à Paris, je vous autorise donc, bien qu’à regret, à remanier ou faire remanier le scénario et le découpage que je vous ai fournis, au cas où vous reprendriez la réalisation du film.

Je n’insiste pas, cher monsieur, sur le préjudice « artistique » qui me serait causé en l’occurrence, espère seulement que tout naturellement les techniciens, acteurs et travailleurs qui ont été lésés par le long arrêt du film trouveront un dédommagement de sa reprise.

Au cas où votre tentative serait couronnée de succès, il est bien entendu que vous prendrez l’engagement :
1° De changer le titre du film qui ne devra être désigné ni sous le nom de l’Île des enfants perdus ni sous celui de la Fleur de l’âge.
2° De ne plus mentionner mon nom sous quelque forme que ce soit dans votre propre publicité ou celle de vos distributeurs et acheteurs éventuels.
3° De respecter, au cas où les remaniements apportés au scénario et au découpage seraient plus importants, l’esprit du film.
4° De me laisser tous droits d’édition littéraire, et d’adaptations théâtrales ou radiophoniques du scénario et découpage de la Fleur de l’âge.

Veuillez croire, cher monsieur, à l’expression de mes meilleurs sentiments.

Jacques Prévert

II. Textes

II.1. Première page de l’Île des enfants perdus26

II. 2. Première page de la Fleur de l’âge27

II. 3. Propositions de modifications de séquences de la Fleur de l’âge par Jacques Prévert28

 

Fiche technique et artistique de la Fleur de l’âge

 

Réalisation et découpage technique : Marcel Carné

Interprètes :

Scénario, adaptation et dialogues : Jacques Prévert

Anouk Aimée (Barbara)

Producteur : Nicolas Vondas

Arletty (Florence)

Directeur de production : Michel Koustoff, puis Bertrou

Martine Carol (Bobette)

Producteurs associés : Arys Nissoli et Pierre O’Connell

Margo Lion (Marie-Christine)

Arbitres : Jaeger et Prassoloff

René Blancard (le directeur)

Assistants réalisateurs : Lou Bonin, Patrice Dally et Paul Feyder

Julien Carette (« le Parisien »)

Chef opérateur : Roger Hubert

Roger Caussimon (La Chèvre)

Opérateur : René Ribault

Ivan Desny (Olivier)

Assistants opérateurs : Adolphe Charlet et Francis Nivoix

Jacques Fonson (Le Chou)

Décorateur : Alexandre Trauner

San Juan (Trivier)

Musique : Joseph Kosma

Jean Lagache (Serge)

Costume : Mayo

Paul Meurisse (M. Garnier)

Ingénieur du son : Antoine Archimbaud

Lucien Raimbourg (Poléon)

Monteur : Léonide Azar

Script : Jeanne Witta

Maquilleur : Boris de Fast

Photographe de plateau : Émile Savitry

 

Haut de page

Notes

1 Sur le sujet, voir mon ouvrage les Scénarios détournés de Jacques Prévert, Paris, Dreamland, 2003.

2 La Marie du port rencontra certes quelques difficultés – si bien que Prévert ne fut pas crédité au générique – mais le film vit malgré tout le jour et la première projection publique eut lieu le 18 février 1950.

3 Initialement nommé l’Île des enfants perdus, le projet fut désigné par le titre Lame de fond lorsque la Transcontinental – filiale de la Columbia américaine – le reprit en novembre 1938, avant de redevenir L’Île des enfants perdus. Fin 1946, après que les Vacances de Pâques eut été envisagé, la Fleur de l’âge devient le titre définitif, déposé au registre du CNC le 13 mai 1947. Seuls le premier et le dernier sont communément retenus par les historiens du cinéma.

4 Danielle : Vous êtes allé à Belle-Île ?
Lucien : Oui, j’y suis resté onze ans.
Danielle : On aurait pu se rencontrer… On s’est peut-être vu sans le savoir…
Lucien : Oh, il y a peu de chance.
Danielle : Pourquoi ?
Lucien : Pour rien… Tenez à Belle-Île il y a un pénitencier… Une prison de gosses, hein ?
Danielle : Je ne me souviens pas, j’étais trop petite…
Lucien : Moi aussi… oui, moi aussi j’étais tout petit…

5 L’article de Jacques Prévert du 3 octobre 1936 fait en effet ricochet puisque suivirent dans la Flèche des textes de Jean Rougeul et de Jacques-Bernard Brunius le 10 octobre.

6 Voir à ce sujet la Force de l’âge de Simone de Beauvoir qui couvre la période 1929-1943 : « Sur un point, mon intérêt ni mon indignation ne s’émoussaient : la figure scandaleuse que prend dans notre société la répression. En 1934, à Belle-Île, de jeunes délinquants s’évadèrent ; des touristes se joignirent bénévolement à la police pour les traquer ; ils barraient la route avec des autos, leurs phares fouillaient les fossés. Tous les enfants furent repris et si éperdument battus que leurs hurlements émurent certains habitants de l’île. Une campagne de presse divulgua le scandale des bagnes d’enfants : l’arbitraire des détentions, les mauvais traitements, les sévices. Malgré l’éclat de ces révélations, on se borna à prendre quelques sanctions contre les administrateurs les plus coupables : le régime ne fut pas modifié. » (Paris, Gallimard, 1960 ; « Folio », 1986, p. 246).

7 Ces informations sont communiquées dans le compte rendu collectif des conférences tenues le mardi 3 juin 1947 au Palais et établi par MM. Jaeger, Chéret, Carné, Bertrou, Bonin, Trauner et Prassoloff.

8 Voir par exemple les Portes de la nuit (1946) où Jean Vilar interprète le personnage du Destin ou encore la figure du Marchand d’habits, jouée par Pierre Renoir dans les Enfants du paradis (1943-45).

9 Marcel Carné n’évoque pas cet épisode dans l’édition de 1975 de ses mémoires (la Vie à belles dents, Paris, Jean-Pierre Ollivier) mais dans celle, définitive, parue en 1996 (Ma vie à belles dents, Paris, L’Archipel, p. 233).

10 Jean Salviche est le premier producteur à s’être engagé sur l’Île des enfants perdus. À partir du mois d’avril 1937, Edouard Corniglion-Molinier lui succède. Ce dernier fut le producteur de Drôle de drame dont le tournage eut lieu en mai et juin 1937 et la première projection publique le 20 octobre de la même année.

11 En 1934, la troupe théâtrale de la Fédération du Théâtre Ouvrier de France, devenue le groupe Octobre, joue une pièce d’un humour très grinçant écrite par Jacques Prévert : la Bataille de Fontenoy. Les puissants sont pris à partie, notamment Clemenceau, Herriot ou encore Poincaré qui sont, pour Prévert, responsables de la mort de millions de personnes. Un jeune journaliste se trouve dans le public. Il est très impressionné par la qualité et la véhémence du texte, et principalement par une réplique : « Soldats de Fontenoy, vous n’êtes pas tombés dans l’oreille d’un sourd ». Il s’agit de Marcel Carné. En 1936, alors que Carné cherche à adapter un scénario de Pierre Rocher, il se souvient de cette réplique et fait appel à Prévert. En mars et avril, c’est le tournage de Jenny, premier coup d’essai de leur collaboration. Il sort sur les écrans le 18 septembre.

12 Cette lettre est rédigée sur un papier à l’en-tête de la IFC, Intercommercial Film Consortium,79, avenue des Champs Elysées, Paris 8e, Téléphone Balzac 36.91.

13 Ibidem.

14 Il s’agit de la lettre précédente, datée du 6 août 1936.

15 Jacques Prévert a rayé « Jeunesse 1925 » et écrit au stylo à côté : « Genève 1925 ». Il évoque la loi relative à la protection de la Jeunesse. C’est en effet précisément à cette période que l’enfant émerge dans la conscience collective comme un individu à part entière.

16 Nicolas Vondas est un modeste producteur à qui l’on doit principalement des vaudevilles financés avant la guerre. En 1939, il produit par exemple les Gangsters du château d’If, comédie marseillaise réalisée par René Pujol d’après l’opérette de Henri Alibert. Vondas voue une admiration sans limite à Arletty si bien qu’il décide de la solliciter directement en 1946. Interdite à l’écran depuis 1944, l’actrice raconte en 1983, dans une émission de Radio France, comment le projet est reparti : « La Fleur de l’âge, c’est un monsieur qui s’était acharné, qui voulait absolument me voir revenir. Il s’appelait M. Vondas, je dis son nom. Mais je ne voulais pas revenir ! Je n’étais pas mûre pour revenir. Vous savez, malgré tout, refaire des sourires… Revenir, non, je ne voulais pas. C’était décidé comme ça. J’avais encore un peu d’argent à manger. Et il s’est acharné, tellement acharné ! Il a dit “Mais qu’est-ce que vous aimeriez ?” J’ai dit que je ne voudrais travailler qu’avec ma même équipe : Carné, Prévert et des tas de camarades, des machinistes, de tout, et ça vous ne les aurez pas, ce n’est pas la peine. N’insistez pas. Vous ne les aurez pas. Quinze jours après, il les avait ! Voilà l’histoire ! ».

17 Michel Koustoff travailla notamment sur la production de la Maison du Maltais (1938) de Pierre Chenal et celle (avec Sacha Gordine) de Dédée d’Anvers (1948) d’Yves Allégret.

18 Le film mentionné de Pierre Prévert est Voyage-surprise (1946).

19 Michèle, fille de Janine et Jacques Prévert, est née le 16 novembre 1946.

20 « mes salutations bien déçues » est écrit à la main, avec la même encre que celle utilisée pour souligner certains passages du texte traduits ici par des italiques.

21 Il s’agit de Roger Hubert, le chef opérateur du film. Il collabora à d’autres longs métrages de Carné et Prévert : Jenny (1936), les Visiteurs du soir (1942) et les Enfants du paradis (1943-45).

22 Le 7 février 1947, Vondas accuse réception du texte de Prévert. S’il le félicite sur son travail et sur la façon dont il a réussi à créer un rôle pour Arletty, il lui soumet malgré tout huit pages de « remarques sans prétention aucune et telles qu’elles [lui] ont été inspirées par la lecture de [son] traitement » : caractérisations des personnages, resserrement de la durée de certaines séquences ou suppressions totales, etc. Il termine sa lettre par « Je n’ai pas besoin d’ajouter que toutes ces remarques et suggestions me sont dictées par le seul souci qui nous est commun de faire un très bon film. Je n’ai pas de doute que c’est bien dans cet esprit que vous les comprendrez ».

23 Pierre Chéret a participé aux conférences qui se sont tenues le 3 juin 1947 au Palais de Belle-Île et suite auxquelles un compte rendu collectif (avec Bertrou, Bonin, Carné, Jaeger, Prassoloff et Trauner) de sept pages a été établi. Celui-ci conclut que les modifications au scénario « apparaissent indispensables » pour « l’achèvement du film dans le cadre des engagements existants. »

24 Il s’agit d’Alexandre Trauner, le décorateur du film. Il collabora à d’autres longs métrages de Carné et Prévert : Drôle de drame (1937), le Quai des brumes (1938), le Jour se lève (1939), les Visiteurs du soir (1942), les Enfants du paradis (1943-45), les Portes de la nuit (1946) et la Marie du port (1949/Prévert non crédité au générique).

25 Voilà la lettre en question, excusez moi de l’avoir écrite à la main, mais il n’y a pas de dactylo à St Paul ces jours-ci.
« Cher Monsieur
Faites la taper et envoyez m’en copie en même temps si vous le voulez bien que vous m’enverrez copie également de votre lettre du 22 mai mais en mettant, je vous prie, le post scriptum où il est question d’une certaine somme d’argent.
Bien à vous.
Jacques Prévert »
Est ajouté sur la version dactylographiée renvoyée par Vondas, de sa main : « J’accepte bien entendu de respecter les quatre conditions énumérées ci-dessus. (Signature). »
Quant au post-scriptum, il est le suivant : « Je prends bonne note que vous vous engagez de me verser la somme de Frs 50.000 (cinquante mille) le 30 juin prochain pour le travail supplémentaire que j’avais fourni, l’année dernière, pendant le tournage du film par M. Carné ».

26 Cette première page est extraite de la plus ancienne version de l’Île des enfants perdus retrouvée dans les archives Fatras/Succession Jacques Prévert. Il s’agit d’un traitement de 48 pages, sous-titré « exposé ».

27 Cette première page est extraite de la dernière version de la Fleur de l’âge retrouvée dans les archives Fatras/Succession Jacques Prévert. Il s’agit d’un découpage technique de 271 pages, daté d’avril 1947.

28 Dans la mesure où ces propositions de modifications, non datées, se réfèrent aux numéros du découpage technique de 271 pages de la Fleur de l’âge retrouvé dans les archives Fatras/Succession Jacques Prévert, elles sont donc postérieures à avril 1947.
Les modifications proposées par Jacques Prévert sont retranscrites dans la colonne de droite. Pour la bonne compréhension de l’ensemble, je décris dans celle de gauche la situation initiale en me référant au découpage technique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Aurouet, « De l’Île des enfants perdus à la Fleur de l’âge : le projet chaotique et mythique de Marcel Carné et Jacques Prévert », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 47 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/330 ; DOI : 10.4000/1895.330

Haut de page

Auteur

Carole Aurouet

Docteur ès Lettres de l’Université Paris III/Sorbonne nouvelle et maître de conférences à l’Université de Marne-la-Vallée. Elle est l’auteur des Scénarios détournés de Jacques Prévert (Dreamland, 2003). Elle a co-organisé le premier colloque consacré à Jacques Prévert (Jacques Prévert, frontières effacées, L’Age d’homme, 2003) et a dirigé « Jacques Prévert qui êtes aux cieux » (CinémAction, n°98, 2001) et « Contes et légendes à l’écran » (CinémAction, n°116, 2005).

Carole Aurouet, Ph.D. in Literature from the University of Paris III (la Sorbonne nouvelle) and lecturer at the Université of Marne-la-Vallée. She is the author of Scénarios détournés de Jacques Prévert (Dreamland, 2003). She co-organized the first conference devoted to Jacques Prévert (Jacques Prévert, frontières effacées, L’Age d’homme, 2003) and edited “Jacques Prévert qui êtes aux cieux” (CinémAction, n°98, 2001) and “Contes et légendes à l’écran” (CinémAction, n°116, 2005).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page