Navigation – Plan du site
L’âge de l’explosion

L'histoire des films comiques1

Buster Keaton
p. 88-90

Résumé

Buster Keaton, l'excellent comique, dont un des derniers films, Les Lois de l'Hospitalité, vient de remporter un très grand succès, s'est amusé à retracer l'histoire des films comiques, depuis l'invention du cinéma. Cette histoire ne forme pas un volume imposant, comme on pourrait le croire.Buster Keaton s'est contenté de la résumer en six chapitres, dont chacun ne dépasse guère une dizaine de lignes, mais qui désignent clairement les différentes phases par lesquelles est passée l'évolution du film comique.

Haut de page

Texte intégral

L'âge de l'explosion

1Les premiers films comiques étaient basés sur des effets d'explosion. On ne voyait que des maisons dynamitées, bombes et cordeaux bickford. C'est à cette période que nous devons l'habitude d'employer des doublures pour remplacer les vedettes, qui se souciaient peu d'être expédiées dans le ciel pour flirter avec les anges, par la force de l'explosion.

L'âge du fromage blanc

2Ce fut l'âge où l'on ne pouvait voir un film comique dont les acteurs ne se bombardaient pas de projectiles divers, tartes à la crème, pâte de guimauve et surtout fromages blancs. Cette période eut du moins un résultat utile : elle forma d'excellents lanceurs de grenade dont les talents firent merveille pendant la dernière guerre.

L'âge du policeman

3Un beau jour on s'aperçut que l'homme le plus sérieux, vêtu en policeman, devenait immédiatement d'une drôlerie irrésistible. Les films comiques alors ne mirent plus en scène que des policemen, et leurs aventures faisaient rire aux larmes ceux-là même qui auraient dû considérer les agents d'un œil plein de respect.

4On dut à ce genre de films une recrudescence d'agressions nocturnes. Les malandrins, en sortant du cinéma, dévalisaient, le sourire aux lèvres, les personnes mêmes qui s'étaient réjouies à côté d'eux au spectacle, des malheurs des « cops ».

L'âge de l'automobile

5En dehors de l'invention du cinéma lui-même, rien n'a été plus utile au développement du film comique que l'automobile.

6Ce fut la période des films montrant les plus invraisemblables « tacots » et les déboires des malheureux qui se risquaient à en prendre le volant.

7À ce moment l'industrie automobile enregistra dans ses statistiques une augmentation sensible dans la vente des voitures automobiles et les statistiques officielles accusèrent une diminution de la natalité. Les gens préféraient acheter une voiture qui pouvait les conduire au cinéma, plutôt que d'avoir des enfants qui les obligeaient à rester à la maison.

L'âge du costume de bain

8Vous preniez à cette époque deux jolies filles, trois jolies filles, ou quatre, ou plus, vous les « dévêtiez » d'un maillot de bain et vous leur suggériez d'imaginer un instant qu'elles avaient six ans et qu'elles devaient s'amuser comme telles, et vous aviez un film comique.

9Les marchands de maillots de bains firent des affaires d'or et les compagnies de chemins de fer aboutissant en Californie aussi.

10Toutes les jeunes filles bien faites achetaient un maillot, prenaient un ticket pour Los Angeles et se croyaient déjà consacrées étoiles.

L'âge actuel

11On a compris que le film comique demandait autre chose : l'humour.

12On a compris que pour faire un bon film comique, il fallait, non seulement un bon artiste et un bon scénario, mais encore de l'humour et toujours de l'humour.

13Ce n'est pas tâche aisée que de rendre la vie plus drôle qu'elle ne l'est. Mais les comiques américains ont compris qu'il y avait quelque chose de nouveau à trouver dans le domaine du film comique et ils cherchent.

Haut de page

Notes

1 Ce texte reproduit l'article de Cinémagazine, n° 8, 20 février 1925, p. 365-366.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Buster Keaton, « L'histoire des films comiques », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 39 | 2003, mis en ligne le 30 juillet 2008, consulté le 29 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/3132 ; DOI : 10.4000/1895.3132

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page