Navigation – Plan du site
Études

Éclairage sur l’année 1896. Éléments chronologiques relatifs à l’introduction du spectacle cinématographique sur les champs de foire français

Lighting over the Year 1896: Chronological elements relative to the introduction of the cinematographic spectacle on the french fairgrounds
Jean-Baptiste Hennion
p. 28-55

Résumés

L’année 1896 est l’année révélatrice du nouveau spectacle cinématographique. Annoncé par les livres d’histoire du cinéma sur les foires françaises fin août ou début septembre 1896, le cinématographe intègre pourtant les métiers forains quelques mois plus tôt. Il y trouve son réel terrain d’envol. De nombreux montreurs forains, indépendants et possesseurs d’appareils analogues à celui des Lumière décident de présenter cette curiosité scientifique dans leurs baraques. Cette étude inventorie les séances précédant celles relevées par Jacques Deslandes et Jacques Richard en 1968 et propose l’établissement d’une nouvelle chronologie concernant l’adoption du jeune cinématographe par la corporation foraine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Deslandes et Jacques Richard, Histoire comparée du cinéma - Tome II – Du cinématographe au (...)
  • 2 L’industriel forain, que nous désignerons au cours de ces pages sous le vocable réduit de forain, e (...)
  • 3 Et appareils à la technique analogue. Quand cela n’aura pas besoin d’être précisé, nous désignerons (...)
  • 4 S’il ne nous est pas inconnu que l’activité cinématographique foraine existe chez nos voisins europ (...)

1Depuis la parution du deuxième volume de l’Histoire comparée du cinéma – Du cinématographe au cinéma 1896–1906 de Jacques Deslandes et Jacques Richard1, il est courant de lire dans les études concernant le cinéma des premiers temps, que l’année 1896 a vu neuf forains2 exploiter un cinématographe3 sur les champs de foire français4. Or, si le travail de Jacques Richard, effectué en 1968, a permis de défricher et débroussailler l’exploitation foraine, si la minutie de cette recherche initiale en fait une référence, de nouvelles recherches ont permis de découvrir de nouveaux montreurs forains sans que ces informations complémentaires aient été référencées. Ces trouvailles ne permettent pas de multiplier à l’infini le nombre de banquistes et de séances foraines, mais elles prouvent que le mouvement a eu une ampleur supérieure à ce que l’on a pu imaginer jusqu’à présent.

  • 5 Nom donné aux entreprises et établissements forains. Nous utiliserons aussi les termes de loges, ba (...)
  • 6 Voir Guy Fihman, « La stratégie Lumière : l’invention du cinéma comme marché », dans Pierre Jean Be (...)

2L’état de la chronologie proposée ici n’est certes pas définitif, il évolue en fonction des nouvelles découvertes. Elle permet néanmoins de faire la lumière sur l’introduction et l’arrivée du spectacle cinématographique parmi les métiers forains5. Nous savons que depuis celle du 28 décembre 1895, les séances cinématographiques sont quotidiennes6. Dès lors, que ce soit avec des cinématographes Lumière ou avec des appareils au fonctionnement analogue, un nouveau marché et une nouvelle forme de spectacle s’offrent à qui veut bien les saisir. Les foires et fêtes foraines devaient donc devenir naturellement l’hôte de la nouvelle attraction, du nouvel art, de la nouvelle technique et de la nouvelle industrie.

  • 7 Les recherches de mon travail de thèse se portent sur l’exploitation du cinéma dans les fêtes forai (...)
  • 8 Se reporter au tableau donné en annexe.

3Il semble en outre nécessaire de préciser que la foire représente un terrain de conquête aussi important que celui des salles en tout genre et des théâtres. L’exploitation nomade est celle qui nous intéresse particulièrement7. Bien que méconnue et finalement longtemps méprisée, elle revêt pourtant un caractère essentiel dans le développement et l’essor de l’activité cinématographique. Les premières projections en salles (que ce soit dans les théâtres, les salles des fêtes, les Hôtels de ville ou les arrière-salles des cafés) sont souvent mentionnées par la presse et les annonces locales, sans que l’accent soit porté sur les séances « hors les murs ». Pourtant, le développement de l’activité cinématographique est lié à ces exhibitions extra-muros. C’est donc à ces projections pas si particulières que cela que nous allons nous attacher. C’est là que naturellement tous ceux qui ne trouvent pas de lieu où exploiter appareils et films se rendent. Certaines séances données sur les champs de foire en cette première année ne relèvent pas de forains ; elles sont le fait d’opérateurs de sociétés d’exploitation (qui commercialisent souvent elles-mêmes films et appareils) ou sont données dans des loges dont le propriétaire n’est pas identifié8.

4Après un bref état des lieux reprenant les informations données par l’Histoire comparée du cinéma, nous remonterons le cours du temps vers ce qui est aujourd’hui la première foire à accueillir et présenter le cinéma. Sans pouvoir prétendre donner ici une étude exhaustive de toutes ces présentations foraines pour l’année 1896, il faut pourtant revenir sur quelques séances marquantes qui permettent de changer la vision que l’on avait de l’histoire de l’introduction du cinéma chez les forains. Si la foire aux Pains d’Épices ne connaît pas d’exhibition de cinématographe pour l’année 1896, c’est vers Neuilly-sur-Seine et Orléans que les premières représentations doivent être recherchées. Enfin, un tableau récapitulatif nous permettra de présenter la liste des séances données sur les champs de foire français pour l’année 1896.

1968 : premier état des lieux

  • 9 Jacques Deslandes et Jacques Richard, Histoire comparée du cinéma, op.cit., pp. 140-141.
  • 10 Nous ne disserterons pas ici sur la forme que prend le spectacle cinématographique dans les métiers (...)

5Deslandes et Richard mentionnent dans leur ouvrage9 que l’année 1896 voit l’apparition de neuf théâtres forains présentant des images cinématographiques10. Citons ces neuf pionniers tout en apportant quelques précisions complémentaires :

  • 11 Dans ce cas, il s’agit de la désignation de l’attraction et non de celle de l’appareil (qui ne conn (...)
  • 12 Cette information première est donc légitimement reprise par certaines sources (Daniel Granval, Oli (...)
  • 13 Affiche datant de 1885, Archives municipales de Neuilly-sur-Seine, dossier 1 I 630 v.
  • 14 Guido Convents, « Motion picture exhibitors on Belgian fairgrounds – Unknown aspects of travelling (...)

6•Joseph Hénin, fête de la Braderie de Lille (présence rapportée en date du 6 septembre 1896 – la foire aurait commencé fin août, sûrement le 26 pour se terminer le 28 septembre), exploite un Kinématographe11 (emplacement de 17 m de long) et présentait auparavant panorama et stéréoscopes. L’Industriel forain du 6 septembre 1896 mentionne Hévin à la place de Hénin12. Notons tout de même que Joseph Hénin est directeur-propriétaire du Grand Théâtre des Beaux-Arts depuis au moins 1882 (il se produit notamment en région parisienne). En 1885, il présente, dans son théâtre, des vues animées par « deux machines à vapeur visibles à l’extérieur »13. Il y a de grandes chances que ce soit lui que l’on retrouve à Lille où il a transformé son panorama/diorama en cinéma14. Le 1er novembre 1896, l’Industriel forain le mentionne à Cognac sans que la publication ne précise si Hénin présente son Kinématographe.

  • 15 Exploitant de loterie.
  • 16 Pour lequel nous avons une affection particulière.

7•Ernest Grenier, foire aux Sabots de Saint-Nazaire (la foire se déroule du 1er au 30 septembre). La dénomination de son attraction n’est pas spécifiée ; il exploitait déjà auparavant (et continue d’exploiter) kinétoscope, phonographes et mutoscopes. S’il a débuté sa carrière sur les foires comme loteur15, Ernest Grenier16 vécut une carrière en pleine osmose avec celle du cinéma forain jusqu’en 1914.

  • 17 Cet appareil n’est pas référencé à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle et aucun brev (...)

8•Alphonse Toussaint, foire aux Sabots de Saint-Nazaire (la même que précédemment, soit du 1er au 30 septembre), exploite un Cinéphotographe17 ainsi qu’un phonographe. Si la présence d’Alphonse Toussaint est certifiée sur les champs de foire jusqu’au mois d’octobre 1902, il n’est pas encore possible de savoir s’il montre le cinématographe durant toutes ces années.

9•C. J. Lépée, foire de l’Angevine de Laval (du 1er septembre au 7 octobre), présente aussi un Cinéphotographe. Lépée ne semble finalement pas être un vrai forain, mais plutôt un marchand installé à Paris.

  • 18 Aucune spécification n’est précisée concernant son appareil.

10•Charles Kœnig, foire Saint-Martin de Sainte-Menehould (11 novembre), présente un cinématographe18. Comme Ernest Grenier et Alphonse Toussaint, Charles Kœnig présente également un phonographe en attraction.

11•Jean Marchand adhère à l’Union Syndicale des Industriels Forains indiquant comme spécialité « cinématographe » (l’Industriel Forain du 15 novembre 1896). Dans la liste de l’Union Syndicale éditée le 28 février 1897, il est le seul « cinématographe » à figurer parmi les adhérents. Il n’y a aucune indication concernant les endroits où il présente son appareil. Plus jamais nous ne le retrouverons dans aucun compte rendu de foires ou autres.

  • 19 Cette activité n’obligeant d’ailleurs pas le forain à posséder une baraque !

12•Jérôme Dulaar donne ses premières représentations dans des cafés plutôt que sur les champs de foire. La fratrie Dulaar est une des plus importante montreuse de cinéma. Si Abraham est présent dès 1899 sur les fêtes avec un cinématographe, son frère Jérôme ne semble présenter le cinéma qu’en tant que tourneur jusqu’en 1900 ; il ne paraît posséder une baraque cinématographique foraine qu’à partir de cette période. Nous pensons que son activité purement foraine avant 1900 n’est liée qu’à la photographie19, la partie cinéma devant être exercée dans les arrière-salles des cafés ou dans des salles municipales.

  • 20 Deslandes et Richard commettent une erreur dans l’arbre généalogique des forains qu’ils livrent ent (...)
  • 21 Cette dénomination serait-elle inspirée par les caractères d’homme de scène qu’est Eugène Chabot ? (...)

13•Henri Chabot20, foire des Innocents de Limoges (les festivités de Noël durent du 20 décembre 1896 au 7 février 1897), présente un Cinéphotographe. Comme pour beaucoup de familles foraines, nous retrouvons plusieurs membres de la famille Chabot sur les fêtes françaises. Henri et Eugène ont chacun leur théâtre forain. Henri, pour qui le cinéma est la seule attraction, est présent à Rochefort-sur-Mer pour la foire de juillet 1896. Il dénomme toujours dans les journaux son appareil comme le Cinéphotographe. Son frère Eugène est présent à La Roche-sur-Yon ce même mois de juillet avec un Sénaphotographe21, désignation d’appareil qu’il gardera tout au long de sa carrière de montreur de cinéma.

14•Lagneau, foire d’Hiver de Nantes (du 15 décembre 1896 au 15 février 1897), avec son cinématographe qui est en réalité un Cinéphotographe (emplacement de 16, 50 m de long). Lagneau fait partie de ces forains qui exploiteront très longtemps un cinéma sur les champs de foire (son théâtre cinématographique est à vendre en 1912). Il est associé cette année-ci à Louis Vernassier (qui exploitait auparavant un manège de vélocipèdes et qui figure parmi les forains les plus fidèles au cinématographe), mais leur association ne semble pas des meilleures car lIndustriel forain du 10 janvier 1897 annonce la vente de leur appareil pour dissolution de société.

15Ainsi en est-il de l’état de l’exploitation foraine selon les recherches publiées en 1968 et complétées ici.

Compléments à cet état des lieux : Cinéphotographe et Cinographoscope

16En cette année 1896 où l’entreprise Lumière ne commercialise pas encore son appareil, c’est le jeu de la création technique et technologique concurrente qui prévaut pour la diffusion du spectacle cinématographique forain.

  • 22 Appareil destiné à prendre et à projeter les photographies animées, brevet n° 259 444 déposé le 4 s (...)
  • 23 Madeleine Malthête-Méliès, Méliès l’enchanteur, Paris, Hachette littérature, 1973, p. 172.
  • 24 Lorsque les archives et sources le permettent, nous donnons toujours la dénomination attribuée à l’ (...)

17L’histoire retient souvent que Georges Méliès joue le rôle de déclencheur « technique » de cette exploitation foraine. En effet, la publicité pour la vente de son Kinétograph22 qu’il fait paraître dans l’Industriel forain en date du 2 août 1896 peut sembler comme le jalon, la marque d’arrivée du cinématographe dans les métiers forains. Madeleine Malthête-Méliès note que ce sont les marchands forains qui l’achètent23. Sans rien retirer aux mérites de Georges Méliès c’est plutôt comme cinéaste, vendeur de films et collaborateur des forains qu’il faut l’envisager. Mais en aucun cas son annonce concernant la vente d’un appareil ne déclenche de mouvement chez les banquistes ! Parmi les neuf forains qui présentent le spectacle cinématographique à partir du mois d’août 1896, pas un ne semble posséder le Kinétograph ; le mouvement ne s’amplifie guère chez les futurs convertis au spectacle cinématographique24.

  • 25 Annonce parue dans l’Industriel forain n° 366 et 368 du 9 au 16 août et du 23 au 29 août 1896. Cet (...)

18Néanmoins, les forains possèdent d’autres appareils. Arrêtons-nous sur le Cinéphotographe et le Cinographoscope. Henri et vraisemblablement Eugène Chabot (jusqu’en 1899), Alphonse Toussaint, Lagneau et C. J. Lépée possèdent un Cinéphotographe commercialisé 31 rue Caumartin25. Et ce ne sont pas moins de huit théâtres forains qui possèdent cet appareil en 1896.

  • 26 Que Deslandes et Richard présentent comme montreur forain à Laval en septembre 1896.
  • 27 L’inscription au Bottin n’est pas obligatoire.
  • 28 Thierry Lecointe suggère de considérer C.J. Lépée et Gabriel Lépée comme une seule et même personne (...)
  • 29 Associé à Gaston Contenet, Gabriel Lépée dépose des brevets pour des cinématographes (n° 374 165 dé (...)
  • 30 Voir Thierry Lecointe, « Les premières années du spectacle cinématographique à Nîmes, 1895-1913 » ((...)
  • 31 Les films forains issus de ces machines cinématographiques sont une des bases de recherches de la t (...)

19L’Annuaire-Almanach du Commerce et de l’Industrie de Paris pour l’année 1897 nous apprend que le responsable du magasin situé à cette adresse est C. J. Lépée26. S’il ne figure pas dans cet annuaire pour l’année 189627, c’est dans l’Annuaire Lahure que nous le retrouvons jusqu’en 1901. Aucune archive ne permet encore d’en savoir plus sur son commerce. C’est Gabriel Lépée28 qui dépose des brevets en 1906, 1907 et 190829. Nous sommes dix ans après le Cinéphotographe ; cette machine ne figure pas dans les registres des appareils protégés par un brevet. Lépée n’aurait-il pas pris soin de déposer une demande de brevet pour sa création ? Quel est donc ce Cinéphotographe ? Il semble que cette machine permettre de projeter des films Edison et donc des bandes 35 mm comportant quatre perforations latérales par image. Le forain Datigny, qui est un forain supplémentaire à la liste « originelle » et qui possède lui aussi ce Cinéphotographe, présente des séances cinématographiques depuis septembre 1896 à la foire de Nîmes. Puis, par deux fois à Perpignan au mois de novembre 1896 : tout d’abord dans la salle de l’Alcazar Roussillonnais (du 3 au 5) et dans un second temps, il s’installe sur une allée de la foire Saint-Martin (du 7 au 28). Dans ces deux lieux, il projette quelques films dont la Mort de Mary Stuart30. La description donnée par la presse (qui offre un écho très favorable de la qualité technique des projections) correspondant tout à fait à la vue de la firme Edison et le fait qu’en 1896 ce titre ne semble figurer qu’au catalogue de l’inventeur de West Orange, nous permet de conclure qu’il s’agit bien d’une bande au futur format standard ; par conséquent le Cinéphotographe est un appareil compatible. Relevons aussi que la publicité de l’Industriel Forain mentionne : « La maison se charge d’assurer à ses clients le monopole exclusif des scènes que ces derniers voudraient lui faire exécuter ». Nous pouvons donc supposer que Datigny a profité de cette offre car il projette lors de son passage à Perpignan le Combat de la lutte à la foire de Bordeaux. Le film est-il commandé par Datigny ou déjà présent au catalogue de la maison Lépée ? Les recherches actuelles ne permettent pas d’en savoir plus, mais l’appareil semble en tout cas réversible31. Il pourrait alors avoir permis le tournage de films forains dès cette année 1896.

  • 32 Appareil breveté par Alexandre et Jules Pipon (opticiens parisiens). L’appareil est ainsi appelé dè (...)
  • 33 Présents à Amiens pour la Foire Saint-Jean du 28 juin au 24 juillet.
  • 34 Présent à Neuilly-sur-Seine du 20 juin au 13 juillet et à Rennes du 23 juillet au 11 août.

20Quant au commerce d’appareils, Lépée, qui est présent sur la foire de Laval durant le mois de septembre, s’improvise t-il forain, ne serait-ce qu’un temps, pour mieux s’acoquiner avec la corporation, comme le fit Charles Pathé quelques mois auparavant ? En cette première année, quoi de mieux que d’aller soi-même exhiber appareils et films sur les foires afin d’amadouer public et futurs acheteurs forains ? Nous serions ainsi dans le cadre de vendeurs devenant eux-mêmes sociétés d’exploitation. C’est la méthode qu’adoptent Alexandre et Jules Pipon avec leur Cinographoscope32, appareil présent dans de nombreuses foires entre les mains d’opérateurs engagés par les inventeurs ou possesseurs de leur machine, tels les frères Cotrelle33 ou Trésel34. Par contre, aucun forain ne possède cet appareil. Remarquons d’ailleurs que les frères Pipon ne destinent à aucun moment leur publicité aux banquistes tandis que C.J. Lépée le fait via leur principal organe de liaison, l’Industriel forain.

  • 35 Jacques et Chantal Rittaud-Hutinet, op.cit., p. 199.

21Dans leur Dictionnaire des cinématographes en France, les Rittaud-Hutinet proposent que Lépée ne soit en fait que le revendeur de l’appareil des frères Pipon35. Bien que cette proposition ne semble pas vraisemblable, beaucoup d’interrogations subsistent quant à ces appareils.

En remontant vers le début de l’année 1896

  • 36 Comme l’a très bien montré et analysé Meusy dans Paris-Palaces.
  • 37 Qui s’appelle alors la foire de Pâques ou Foire aux Pains d’Epices – elle se tient du 23 mars au 7 (...)

22Si jusqu’alors la projection foraine la plus lointaine remonte à la fin août ou au tout début du mois de septembre 1896 à Lille, projetons-nous plus en avant dans le cours de cette année révélatrice. Il est étonnant que ni la foire des Quinconces de mars à Bordeaux ni la foire aux Pains d’Épices à Paris ne connaissent de séances cinématographiques. Dans son bilan de la foire parisienne, l’Industriel forain du 3 mai 1896 ne relève ni cinématographe ou autre, ni kinétoscope et seulement un phonographe lors de la plus grande foire française (512 établissements présents, plus de 172 ambulants). Pourtant, Paris connaît de nombreuses projections36 dont les forains n’étaient sûrement pas ignorants. Mais entre la fin de la future foire du Trône37 et la première séance jusqu’alors annoncée au mois de septembre, il y a eu bien des événements. Et le salut ne vint pas forcément des grandes agglomérations ou des grandes foires.

23Des séances sont données en région Poitou-Charentes ce mois d’août 1896. D’une part, le Kinétograph(e) présente des « photographies animées en couleurs » à Royan. S’agit-il de l’appareil « conçu » et vendu par Méliès ? Nous ne savons pas s’il s’agit de projections foraines ou de projections effectuées par des tourneurs.

  • 38 Quelques précieuses informations concernant les séances estivales des frères Chabot m’ont été commu (...)

24Ce même mois d’août (du 7 au 25), il faut relever la présence d’Henri Chabot38 à la foire de Tours avec son Cinéphotographe, qui désigne ici autant l’attraction que l’appareil.

25Henri Chabot présente le cinéma comme sa seule et unique attraction et non en complément de programme comme cela est souvent le cas. Notons que parmi les pionniers de l’année 1896, il semble qu’ils soient plusieurs à ne présenter que le cinéma (et l’image et le son) sans proposer une autre attraction foraine « classique » : il en est au moins ainsi pour Ernest Grenier, Joseph Hénin, Alphonse Toussaint.

  • 39 Lettre de demande d’emplacement d’Henri Chabot conservée aux Archives Municipales de Nantes. Docume (...)
  • 40 Qui sera encore son Cinéphotographe.

26Ensuite, Henri Chabot fait une demande à la municipalité de Nantes39 pour y présenter le Cinématographe40 lors de la foire qui débute le 13 décembre 1896 ; ce courrier est envoyé depuis Royan, lieu où il remise entre les périodes festives. Il mentionne évidement l’intérêt scientifique que représente le cinématographe et ne doute donc pas, de ce fait, de l’intérêt du public pour son métier.

27À n’en pas douter, et quelle qu’en soit l’attraction, l’industriel forain charentais n’aime pas la concurrence directe. Henri Chabot en fait preuve dans son courrier :

 [J’espère] que vous accueillerez favorablement ma demande. Mais en même temps, vu les frais très grands, me défendent d’accepter si je dois être soumis à une concurrence quelconque établie par des métiers similaires, Kinétographe, Kiné-Photographe, Kinétoscope etc. etc. qui ne sont que des imitations du véritable instrument et de nature à me porter un préjudice considérable.

28A-t-il déjà rencontré ce type de concurrence sur une autre foire ? En tout cas, ce sont Lagneau et Louis Vernassier qui seront à Nantes pour cette foire d’hiver 1896, Henri Chabot préférant se rendre à la foire des Innocents de Limoges, qui se tient à partir du 20 décembre 1896.

  • 41 Charly Grenon a longtemps présenté cette séance comme la première monstration cinématographique for (...)
  • 42 Numéro du 11 juillet 1896. (La copie de l’article nous a été communiquée par Charly Grenon).

29Mais remontons de nouveau le temps. Rochefort-sur-Mer41 accueille Henri Chabot au sein de sa foire de juillet avec son Cinéphotographe à lumière électrique. Il s’y produit dès le 11 et ce jusqu’à la fin du mois. Les tablettes des deux Charentes42 qui rendent compte de la foire, présentent cette attraction comme une « merveilleuse découverte ». Mais le journaliste l’a-t-il seulement vue ? S’il note effectivement que « c’est le dernier perfectionnement des appareils à projections animées ; il reproduit, avec une fidélité étonnante, toutes les scènes de la vie qui défilent tour à tour devant l’œil du spectateur », il faut plutôt croire qu’il ne fait que reproduire l’affiche. En effet, du terme élogieux de « merveilleuse attraction » dans sa chronique du 11 juillet (alors que la foire n’a pas débuté puisqu’elle ouvre ce 11 juillet), il passe à « curieux salon » dans son édition du 25 juillet. Cela n’aurait rien de choquant s’il n’ajoutait : « le Cinéphotographe-Chabot, qui après quelques retards dus à l’installation de l’appareil, fonctionne avec succès »… Le retentissement semble tel que Chabot se permet une semaine de clôture à demi-tarif pour tout le monde, ajoutant même une représentation quotidienne par rapport à ce qui était annoncé en début de foire. Alexandre Camby, Alonso Bracco et l’opticien Courtois sont tous trois présents lors de ces festivités ; tous trois possèderont un appareil cinématographique quelques temps après.

  • 43 Tout comme pour le Cinéphotographe, le Sénaphotographe est absent des registres des brevets.

30L’Industriel forain mentionne la présence d’Eugène Chabot (ce forain devient le 16 janvier 1904 le rédacteur en chef du journal corporatiste) avec un Sénaphotographe à la Roche-sur-Yon dans son édition du 12 au 18 juillet 1896. Erreur typographique, dénomination différente ou nouvel appareil ? Il est très probable que le Cinéphotographe et le Sénaphotographe soient en réalité le même type d’appareil43. Mais, les deux frères devant se distinguer, ils auront préféré appeler leurs appareils différemment.

  • 44 Leur séparation est liée au décès de l’épouse d’Eugène, qui plonge sûrement l’activité de leur théâ (...)
  • 45 Leur père Pierre était directeur du Théâtre Mécanique ; il était manipulateur de fantoches anglais, (...)

31Il est intéressant de constater que les frères Chabot, qui ont travaillé ensemble jusqu’à la fin de l’année 189544, qui viennent du monde circassien par leur ascendance maternelle et des fêtes foraines par leur côté paternel45, démarrent chacun une nouvelle activité grâce et avec le cinématographe. Si nous ne les retrouvons sur les champs de foire qu’à partir du mois de juillet (en attendant de trouver d’autres dates), nous pouvons supposer que leur re-naissance foraine est due à la possibilité de posséder un appareil analogue à celui des Lumière. En prenant en compte le temps de trouver et d’acquérir une machine cinématographique ainsi que le délai de demande d’emplacement pour une foire, il leur était sûrement difficile d’être opérationnels avant l’été. Mais d’autres le furent !

Les séances neuilléennes

32La consultation du journal Paris-Forain. Organe des Intérêts de la Corporation foraine, offre une aide précieuse. La lecture de cet hebdomadaire, jusqu’alors ignoré et jamais mentionné dans les recherches en cinéma, a non seulement permis d’entreprendre cet article mais aussi la découverte et l’avancée des dates des premières projections cinématographiques sur les champs de foire et les fêtes foraines.

  • 46 La famille Pezon est sur les fêtes avec des ménageries depuis 1874. Elle vient de la Lozère.

33Cet hebdomadaire forain parisien n’a malheureusement connu qu’un nombre restreint de numéros sans que la quantité précise ne soit relevée. Il ne semble pas que sa parution ait dépassée l’année 1896 et la Bibliothèque nationale de France n’en possède que trois numéros, datant tous du mois de juin 1896. Il faut rester vigilant quant aux journaux forains édités depuis Paris. En effet, ceux-ci ne sont que le reflet de la vie foraine parisienne et périphérique. Paris-Forain, dans ses rares exemplaires, échappe à cet écueil et offre aux lecteurs des informations reflétant l’activité foraine nationale. Peut-être est-ce dû au fait que le rédacteur en chef de cet hebdomadaire est Adrien Pezon, forain, directeur de ménagerie et non-originaire des traditions foraines parisiennes46 ?

34L’édition du 21 juin 1896 est riche en informations. Pour commencer, il faut mentionner la présence en première page d’une liste de tous les forains présents à la foire de Neuilly pour l’édition 1896. La lecture fastidieuse de ce type de listes est cependant très instructive. En effet, le dépouillement de tous ces noms nous permettra de dresser une liste détaillant la présence de tous les forains recensés et montrant, exhibant, popularisant « le cinéma » entre 1896 et 1914.

35Si notre curiosité est tout d’abord alertée par ce type de lecture, nous y apprenons quels sont les forains présents, avec quelle attraction et donc quel métier. De manière plus rare, on y apprend aussi la marque et le type de l’appareil de projection utilisé. C’est donc de manière extensive que ces informations doivent être lues et répertoriées.

  • 47 Antoine Zittmann, Bonnemaison, Bonnet, Michaut.
  • 48 Rouvellat, Beauvillier, Ventouillac, Châtelain, Debra, Lorin, Gaillard.
  • 49 Neuilly-Journal, samedi 27 juin 1896.
  • 50 En ce qui concerne l’orthographe des noms forains, elle est malheureusement trop souvent problémati (...)
  • 51 Hors d’une période de fête ou de foire.

36Concernant le domaine de l’image, plusieurs photographes47 se produisent dans les allées de la foire. De même, différents panoramas48 bordent l’avenue de Neuilly. Mais enfin, un métier particulier attire notre attention : Le Cinégraphoscope Trésel. C’est la première fois que ce nom apparaît dans une liste foraine et nous n’apprendrons rien de plus dans ce numéro de Paris Forain, ni même dans aucun autre, concernant le Cinégraphoscope et Trésel. La consultation du Neuilly-Journal, hebdomadaire municipal, offre des indices complémentaires sans toutefois révéler de conséquentes informations. Alors que la fête a été inaugurée le 20 juin 1896 (pour se clore le 13 juillet), Neuilly-Journal49 nous donne les échos de cette première semaine de festivités sur l’avenue de Neuilly. Trésel est ici orthographié Trézel50 et son attraction connaît aussi une légère variation : le Cinographoscope. Malgré ces légères différences, nous prendrons le parti de considérer que ces deux sources renvoient à la même personne et à la même attraction. Trésel présente donc bien l’appareil mis au point par les frères Pipon et Pressecq. Il quitte Neuilly-sur-Seine pour Rennes où il présente son spectacle cinématographique du 24 juillet au 11 août 1896. Nous n’avons malheureusement pas de prénom ni d’autres informations le concernant ; s’improvise-t-il forain en ayant eu vent de la nouvelle curiosité qu’est le cinéma ? Est-il un opérateur du Cinographoscope pour les frères Pipon ? Nous le retrouvons en tout cas à Rennes, seulement en ville morte51, en ce milieu d’été 1896.

  • 52 Jacques Garnier, Forains d’hier et d’aujourd’hui, Orléans, éditeur Jacques Garnier, 1968, p. 277.
  • 53 De vieille famille foraine et circassienne toujours représentée de nos jours.
  • 54 L’affiche ne précise pas lesquelles.

37L’artère qui borne la foire comporte une autre baraque cinématographique : « le Cinétographe ou les photographies animées de Delille ». Paris-Forain n’avait mentionné que l’activité théâtrale de ce métier. Adrien Delille est bien connu des amateurs de fêtes foraines. Jacques Garnier ne lui attribuait un théâtre cinématographique, « Le Cinématographe Géant », qu’à partir de 189952. Adrien Delille, de son vrai nom Adrien Goujon53, exerce une activité de physicien-prestidigitateur sur les foires parisiennes et des principales villes de province. Pour nous en tenir à notre période, nous le retrouvons dès 1895 à la foire du Trône avec son « Théâtre des Attractions Universelles ». Adrien Delille se produit lui-même dans de nouvelles Créations Fantastiques ( ?)54, alors qu’il présente aussi quatre nouvelles danses de Loïe Fuller (interprétée par Miss Thé Fire). Son affiche pour la foire aux Pains d’Epices 1896 ne change pratiquement pas. Adrien Delille propose lors de cette édition un numéro de nouvelles créations de physique amusante. Rien ne permet de suggérer la présence d’un cinématographe dans son théâtre. Il mentionne par contre sur l’affiche 1897 « le Cinématographe Géant » qu’il annonce présenter pour la première fois lors de cette édition. Cette nouvelle attraction éclipse les pantomimes de la troupe Ducros. Ce phénomène sera largement répandu parmi les montreurs forains : le cinéma remplace bien souvent les pantomimes. En effet, ne permet-il pas d’offrir au public un choix plus vaste de scènes et de se séparer d’une troupe à nourrir ?

  • 55 Brevet n° 253 708 déposé le 4 février 1896 au nom d’Eugène & Michel Werner et brevet n° 254 908 dép (...)

38Nous pouvons donc affirmer qu’il s’équipe entre la fin de la foire du Trône 1896 et le 20 juin de la même année. Le Cinétographe qu’il présente est un appareil vendu par Eugène et Michel Werner, et leur annonce parait dans l’Industriel forain depuis le 14 juin 1896, soit quelques jours avant que Delille ne le présente ; de plus, il est livrable immédiatement (son prix n’est pas communiqué). Parmi leurs brevets déposés avant juin 1896, les frères Werner brevettent deux appareil[s] chronophotographique[s] pouvant être également employé[s] comme appareil[s] de projection55. Lequel des deux est le Cinétographe, les brevets ne le précisent pas. Cette dénomination est-elle la francisation du Kinetograph Edison ? C’est probable car les frères Werner sont concessionnaires Edison pour la France.

  • 56 Qu’il n’avait d’ailleurs pas présenté au moins pour les années 1901 et 1902.

39Quoi qu’il en soit, il présente le « Biographe Américain » en 1908 lors de la fête de Neuilly-sur-Seine. En 1909, il semble se séparer du cinéma56 et se vante de présenter des voyages scientifiques sans cinématographe !

  • 57 Voir ce poème en annexe.

40Ces deux théâtres cinématographiques que les Neuilléens peuvent fréquenter lors de cette fête de l’année 1896 sont catalogués comme faisant partie des divertissements scientifiques, auxquels le cinéma ressortit ces premiers mois. La corporation, sans que le mouvement soit massif, s’empare de ce nouveau spectacle qui est encore une attraction et une curiosité scientifique. C’est d’ailleurs ce sur quoi insiste le journaliste de Neuilly-Journal lorsqu’il commente les débuts de cette future « grande attraction foraine ». Un spectateur inconnu prouve aussi, à travers ses vers, que le cinématographe est présent lors de cette foire mais narre également une « brève » du cinéma : les spectateurs n’étaient pas tous captivés par l’écran !57

La première projection cinématographique foraine est donnée à Orléans

  • 58 Je tiens ici à remercier Monsieur Alain Grenier (arrière petit-fils de l’industriel forain Ernest G (...)
  • 59 Thierry Lefebvre a analysé les sources d’inspiration probables du film de Georges Méliès dans « Le (...)

41La foire du Mail d’Orléans débute le 31 mai 1896. L’édition du Républicain orléanais du 2 juin58 signale que le temps magnifique a permis une grande affluence lors de cette ouverture. Les recettes des forains ont été abondantes. Parmi les attractions, le Voyage dans la Lune est signalé ; peut-être de quoi donner des idées à quelques montreurs !59

42« La photographie animée » est annoncée parmi les attractions présentes. Elle est donnée comme la « great attraction » et les arguments ne manquent pas : les photographies sont « vivantes », l’appareil est « américain », la projection use de la lumière « oxy-éthérique ». Le Cinétographe est un appareil de projection ; comme de nombreuses projections foraines ou autres en 1896, la séance d’Orléans semble assurée par la machine vendue par les frères Werner. Paris-Forain ne mentionne absolument pas cet aspect technique en ces termes ; en effet, il parle « d’expérience de photographie animée par le cinématographe ». Lui fait le lien direct cinématographe/cinétographe. « Cinétographe » était-elle vraiment la dénomination donnée et portée par la baraque ? Etait-ce une coquille du journaliste ? Seule l’affiche de cette séance nous permettrait de répondre à cette question. Toujours est-il que le lien est d’ores et déjà brouillé, compliqué entre le cinématographe et ses différentes appellations et appareils concurrents.

43Nous n’en savons malheureusement pas plus sur ce programme, l’affiche n’étant à ce jour pas encore retrouvée. Quels sont les films qui y ont été projetés ? Qui est l’heureux propriétaire de ce « Cinétographe » ? L’attraction semble avoir les faveurs du public, la nouveauté semble attirer mais rien de plus ne nous sera appris dans ce premier encart journalistique.

44Il faut attendre l’édition du Républicain orléanais du 18 juin 1896 pour avoir des nouvelles de ce théâtre présentant la photographie animée. Et les nouvelles ne sont pas heureuses : un incendie a ravagé le « Cinétographe » ! Paris-Journal, dans son édition du 21 juin 1896, donne aussi un petit compte rendu de l’accident survenu lors de la foire du Mail d’Orléans. Cette projection orléanaise interpelle évidemment, car parmi les premières séances jamais révélées, c’est une séance de cinéma forain qui se termine par un incendie.

45Voilà donc comment débutent – dans l’état des recherches – les relations entre la presse et le cinéma forain : c’est un accident qui permet de s’attarder sur la présence de la photographie animée dans une fête foraine. Nous pourrions dire, quoi de plus normal puisque la fête tend au sensationnel ! Toujours est-il que cet article relatant l’incendie nous donne énormément d’informations. Et sans lui, en aurions-nous appris autant ? Les incendies sont vécus comme dramatiques après le terrible accident du Bazar de la Charité. Le Cinématographe avait tué ! Mais comme le montre cette séance orléanaise, le feu n’est pas nouveau au sein de l’exploitation du cinématographe. L’aspect accidentel, qui pourrait tout à fait relever du sensationnel forain, semble à considérer.

46Et pourquoi ne pas se poser la question de la relation du cinéma avec le feu ? Auparavant, le rapport du cinéma avec la presse a été technique, explicatif, descriptif mais pas encore dramatique ; dorénavant, cette liaison devient récurrente. Mais cela ne sera absolument pas de mauvais augure pour la suite des événements, pas plus que ce que les histoires du cinéma ont dit, et disent encore pour certaines, à savoir que l’accident parisien du mois de mai 1897 marque le premier coup d’arrêt dans la croissance et l’exploitation du cinéma. Cet aspect, s’il a pu sembler vrai pour l’exploitation citadine et parisienne, est tout à fait faux en ce qui concerne l’exploitation foraine. Les accidents comme celui d’Orléans ont été suffisamment nombreux pour casser toute croissance au sein même des fêtes.

  • 60 Italien, Jacques Inaudi est naturalisé Français le 6 juin 1896. En 1897, il est comptable dans un é (...)

47Venons-en à la question du forain : la baraque est foraine au sens ou son co-propriétaire est Jacques Inaudi60. Mais, et c’est une découverte pour nous, Georges Méliès est annoncé comme co-propriétaire de ce théâtre. Jamais auparavant il ne nous a été donné de lire que Méliès était présent sur les fêtes foraines. L’était-il vraiment ? En réalité Méliès « s’associait » à un ambulant à qui il laissait quelques bandes de sa composition. Le banquiste apportait son concours matériel (la tente, la baraque, la caravane d’où se faisait la projection). Nous savons que Méliès le fit quelques années plus tard avec les Klatt, industriels forains dans le Nord de la France.

  • 61 Laurent Mannoni, Méliès contrefacteur, 1895 n° 22, juillet 1997, p 29. (informations reprises dans (...)

48Notons aussi que, depuis le 5 avril 1896, Méliès présente des vues au théâtre Robert-Houdin ; celles-ci sont projetées à l’aide du Kinétograph(e) que la presse qualifie d’« appareil américain ». Aurions-nous affaire à la même machine à Orléans que celle qu’il présente dans son théâtre depuis le 5 avril ? Là, l’histoire comporte encore quelques interrogations. En effet, selon Jehanne d’Alcy, Méliès aurait acheté deux appareils : « […] un appareil Paul à Londres, mais un autre aussi à Paris »61. L’appareil parisien, présumé être celui mis au point et breveté le 20 avril 1896 sous le numéro 255 702 par Louis Henri Charles (selon les études de Laurent Mannoni), pourrait tout à fait être celui utilisé à Orléans. Ainsi, il en aurait possédé un dans son théâtre parisien et un autre avec lequel des séances itinérantes ont pu être données.

49Dans ce théâtre, appartenant entre autre à Méliès, il est fort probable que les vues projetées soient des vues du célèbre prestidigitateur. « 14 bandes en celluloïd sont complètement détruites », mentionne l’article. Les quatorze premières vues Méliès détruites ? Ce sont elles qui ont permis l’embrasement rapide du lieu. Leur support en nitrate s’est évidemment enflammé lorsqu’un morceau de chaux incandescente est tombé sur ces bandes. À l’issue de la projection, alors que l’opérateur, sûrement M. Ducros, changeait le charbon nécessaire à la source lumineuse, une erreur de manipulation provoqua cet incendie. Ce n’est évidemment pas le cinématographe qui est dangereux, comme le crieront ses opposants après l’incendie du Bazar de la Charité, c’est son support et les erreurs inhérentes à son maniement et à la mise en œuvre d’une séance.

  • 62 Le Patriote orléanais du 29 mai 1896 en annonçait 11, informations sûrement recueillies sur l’affic (...)
  • 63 Jacques Malthête nous apprend que les dates de réalisation des films sont difficiles à préciser ava (...)
  • 64 L’Industriel forain n° 368, du 23 au 29 août 1896. Aucun brevet n’est déposé pour cet appareil.

50Quelles sont ces quatorze bandes qui ont été détruites ?62 Une fois encore, l’affiche nous aurait été d’une aide précieuse63. Leur coût est chiffré à 1 400 francs, soit environ 100 francs par bandes. C’est une des premières fois où il est fait mention du prix d’une bande positive. Ce prix était d’ailleurs annoncé dans la publicité émise par la maison Sartony pour la vente de son Photobioscope64.

  • 65 Un article de l’Industriel forain daté du 23 au 29 février 1896 révélait que les frères Werner prép (...)

51L’appareil, qui a subi de gros dégâts, est à remplacer ; sa valeur est portée à 5000 francs65. Aucune assurance n’était prise pour tout ce matériel, c’est à une perte énorme que doit faire face cette « Société du Cinétographe ». Ne pas prendre d’assurance est une particularité foraine ; en cas de sinistre ou de malheur, la fraternité corporative y supplée (qui existe toujours). Ainsi, le samedi 20 juin, le cirque Abdy donne six représentations au bénéfice des sinistrés.

52Cet article nous apprend aussi la manière dont était disposé le théâtre. En effet, la construction n’est pas si sommaire que l’on se le figure aujourd’hui quand on évoque les projections foraines. L’appareil ne se trouvait pas dans la salle, parmi le public mais était installé dans une voiture du théâtre, depuis laquelle la projection était effectuée (ce qui était fréquent dans les cinémas forains – ici, il s’agit de la voiture d’habitation dans laquelle se trouvait Mme Thorcey). La voiture était accolée au théâtre, dont la structure était toute de bois, recouverte de toiles. L’article de presse mentionne le rapide éloignement de la voiture en feu de la charpente de bois. Ceci dénote tout de même l’aspect mobile et léger du lieu de spectacle, sans empêcher la destruction des panneaux de la devanture et des toiles de décors.

  • 66 De son vrai nom Albert Ferdinand Guyot, dit De Thorcey. Lui aussi prestidigitateur, hypnotiseur, il (...)
  • 67 Nous avons précédemment mentionné que Delille s’est séparé de la troupe des Ducros. Il est très hyp (...)

53Outre les deux illustres propriétaires de la baraque, l’article nous apprend en détail l’identité de toutes les personnes qui peuvent être jointes à ce théâtre. M. de Thorcey66 en est l’administrateur (d’ailleurs ni Jacques Inaudi ni Georges Méliès ne semblent présents le soir de l’accident). Le machiniste (probablement l’opérateur de la séance) était M. Ducros67. Un certain M. Raoul faisait aussi parti de la troupe (appelons-la ainsi). Nous pouvons noter parmi les blessés de cet accident un membre du personnel du théâtre Chabot, M. Mirval. Que présentait le théâtre Chabot (lequel des deux frères ?) lors de cette foire ? Possédait-il déjà un Cinématographe ? Ou plutôt le Cinéphotographe que nous lui connaissons au mois de juillet ? Cette rencontre avec le « Cinétographe » lui a-t-elle donné l’idée et l’envie de présenter à son tour la photographie animée ? À n’en pas douter, nous pouvons répondre par l’affirmative étant donné l’écart infime entre les présentations d’Orléans et celles de Rochefort-sur-Mer et La Roche-sur-Yon où nous retrouvons les frères Chabot.

54À ce jour, la représentation d’Orléans est donc la première séance foraine donnée en France. Spectaculaire par le drame qui la caractérise, le traitement de cette séance marque ce que sera le cinéma forain : spectaculaire et sensationnel.

  • 68 L’Industriel forain du 3 janvier 1897.

55Dans la revue qu’il fait de l’année 1896, Jean La Plèbe68 ne mentionne absolument pas l’introduction ni la jeune présence du cinématographe dans les foires. D’ailleurs, la revue de l’année 1897 n’en dira pas plus sur le cinéma. On peut s’étonner de ce que le nouveau phénomène forain a pu être ignoré des instances corporatives. Malgré tout, le cinéma s’insère impunément, discrètement mais aussi durablement dans ces théâtres forains qui l’accueillent. Et durant les années futures, la corporation aura maintes fois l’occasion de prouver son intérêt et son attachement à cette attraction.

56Bien que la presse spécialisée n’en fasse pas mention, l’année 1896 s’avère pourtant être plus riche en projections cinématographiques foraines que ce qui a pu être écrit ou synthétisé jusqu’alors. Bien que nous ne puissions pas encore parler d’emballement forain pour le cinématographe, l’adoption de cette nouvelle attraction sur les champs de foires français n’est pas un épiphénomène en cette année révélatrice. Si douze forains seulement sont clairement référencés comme montrant le cinéma, ce sont quelques deux cents industriels différents qui accueilleront appareils et films dans leurs métiers jusqu’à l’entrée en guerre de la France, le 2 août 1914. Ils s’approprieront ce nouveau divertissement et nouvel art pour créer la première vraie corporation d’exploitants du cinématographe. En 1896, au minimum trente-sept villes différentes accueillent le cinéma au cours d’une foire ; parmi tous ces théâtres à la présence éphémère, quatorze ont un propriétaire non identifié ; parmi ceux-ci, dix sont sûrement des forains mais aucune source ne permet encore de les identifier de manière certaine. Quatre exploitants non forains, directeurs ou à la botte de sociétés, se produisent aussi sur les allées foraines.

57Dans plusieurs théâtres banquistes, le cinéma « se cache » parmi d’autres spectacles. À la difficulté de le débusquer dans la documentation, les archives générales, les archives foraines ou toutes autres formes d’archives, s’ajoute celle de le déceler parmi les attractions et les dénominations. Si la presse locale mentionne les métiers et divertissements pour en faire la publicité, elle ne relève pas toujours le nom des forains qui les présentent. Dans l’Industriel forain, outil fort précieux mais dorénavant incommunicable, il n’est pas toujours fait de distinction dans ses colonnes entre les forains et les autres (tourneurs, exploitants indépendants ou non) ; tous les commerces installés lors d’une foire sont listés dans la revue des communes. De plus, certains forains se produisent au gré de leur calendrier en ville morte ; ces séances sont donc bien données par des forains, mais hors période foraine. C’est donc une masse importante d’archives qu’il faut dépouiller pour identifier et pister ces forains-montreurs de cinéma.

58De même, si la presse corporative ne fait pas forcément mention dans ses bilans annuels des débuts de cette nouvelle attraction, il en est de même dans les différentes municipalités qui accueillent des séances cinématographiques. Alors qu’habituellement celles-ci s’arment de textes de loi et d’arrêtés en tous genres, aucune mesure particulière n’est prise quant à la tarification de l’emplacement des établissements cinématographiques forains, que ceux-ci soient complètement voués ou non à la nouvelle attraction. Là aussi le spectacle cinématographique semble s’installer sans soulever d’intérêt ou d’animosité particulière. Il faudra quelques accidents pour que les municipalités s’occupent de près de l’accueil de la récente invention.

59Malgré tout, la presse mentionne que le public est présent ; le cinéma est vu dans toutes les contrées françaises ; de nombreux films sont réalisés, vendus et vus ; une vraie industrie émerge.

60La multiplicité des appareils présents dans les baraques foraines n’a été ici que mentionnée. Une étude complète doit être menée sur la pluralité et la diversité de ces machines. Si leur technique est analogue, cette diversité engendre de grandes confusions dans les recherches : les archives de société étant détruites ou perdues, la notion comptable et archivistique absente de la mentalité foraine, c’est aux documents iconographiques ainsi qu’à la presse qu’il faut se fier. Et ces documents sont incomplets, pas tout le temps fiables, souvent erronés. Pourtant, le Cinétographe, le Cinéphotographe ainsi que le Cinographoscope sont les appareils les plus présents dans les « cabines » foraines de ces tous premiers temps du cinéma et notamment en cette année 1896.

61Ainsi, les forains adoptent des machines qui résultaient de processus expérimentaux de laboratoires. La production sérielle d’appareils, de films que les théâtres forains peuvent facilement acquérir et qui leur sont très vite destinés, font que cette corporation devient rapidement la première à diffuser le spectacle cinématographique.

62Beaucoup de questions restent encore en suspens mais la recherche, pratiquement archéologique, permet d’avancer et de proposer de nouvelles façons de lire les liens qui unissent cinématographe et fêtes foraines.

Séances données lors de festivités foraines

Séances données lors de festivités foraines

63À la foire de Neuilly

64Nous recevons les vers suivants d’un auteur anonyme

65La musique tintamarre,
L’or du costume en chamarre
Rit sous la lumière d’or :
C’est la chanson du décor.

66Viens nous en ô ma jolie
Célébrer notre folie
Et tout le plaisir cueilli
A la fête de Neuilly

67Nous irons parmi la foule
Qui roule, coule et s’écoule
Bras en anses de paniers,

68En ménage de portiers.
Nous verrons chaque baraque,
Et pour te complaire, braque,
Je serai ton truchement
Ecoute mon boniment.

69L’éclair bleu des jarretelles
A lui, parmi les dentelles
Et fait rêver le puceau
Aux vélos de Barusseau

70Nos mignonnes sont brisées,
Du sang perle en fleurs rosées
Aux lèvres que nous baisons
Quand on a vu les Pezons

71Célimène se balade,
Tati rit à la parade
Et lui crie au dos : Eh va !
Où donc est la fleur qu’Eve a

72Dans le paradis terrestre
Et dans la maison champêstre
Où notre bonne maman
Nous la montre avec Adam

73Or, Mimi Pinson s’épate
Et ronronne et fait la chatte,
Et trouve toujours très bien
Delille en magicien.

74Mais tombe une grâce austère,
Et pour n’être pas sévère
Au théâtre de Lauret,
Il faudrait être un goret

75Dans le cinématographe,
Un monsieur pince et dégrafe
Sa voisine en profitant
De la sombreur d’un instant.

76Mais près de là, chez Marseille,
Une belle ardeur s’éveille :
La cocotte aux reins brisés
Songe à d’inconnus baisers.

77Partons pour d’autres rivages,
Allons-y de nos voyages,
De Félix au grand Lama
Mène le cyclorama

78As-tu passé par les Caires,
As-tu connu les mouquères,
Près des déserts où Morès
A goûté le népanthès.

79Ventres d’or, grâces pamées :
Nous irons voir les almées,
En beaux cheveux bruns ou roux
Dans la baraque d’Auroux

80Le clown toujours en révolte
Saute et tourne et vire-volte,
Tout en grattant son benjo,
Dans le théâtre Esmenjaud

81Mais la femme à barbe étale
Une toison magistrale
Qui, sans en faire un Eros,
Fait envie à Monsieur Strauss.

82Maintenant, prenons la fuite,
Je te montrerai la suite,
Si ce n’est déjà de trop,
Dans un prochain numéro.

83X…

84(Paris-Forain n° 4, dimanche 28 juin 1896)

Haut de page

Notes

1 Jacques Deslandes et Jacques Richard, Histoire comparée du cinéma - Tome II – Du cinématographe au cinéma 1896- 1906, Tournai, éditions Casterman, 1968, 556 p.

2 L’industriel forain, que nous désignerons au cours de ces pages sous le vocable réduit de forain, est un entrepreneur de spectacles, d’attractions diverses. C’est un chef d’entreprise, à la tête d’un métier qui participe aux réjouissances populaires, permet l’amusement et la distraction. Nous le retrouvons lors de foires, de fêtes foraines ou de fêtes patronales. Bien que son activité tienne du commerce, il doit être distingué du marchand forain qui, s’il peut aussi être présent lors de ces fêtes ou foires, déploie ses tréteaux sur les marchés locaux et les différents lieux de commerce. L’industriel forain n’a pas de périmètre de travail ; il va là où ses demandes sont acceptées (et où la concurrence ne lui semble pas néfaste !). En général, ses tournées sont habilement définies et nous le retrouvons d’une année sur l’autre au même endroit. Il se déplace sur tout le territoire français et peut même déborder les frontières. Dernière différence significative entre l’industriel et le marchand forain : l’industriel forain ne possède pas de domicile fixe (ou quand c’est le cas cela ne le caractérise pas) alors que le marchand en a un (ce qui limite donc sa zone de commerce – il vend d’ailleurs souvent des produits de sa production ou de ses terres). Ainsi, nous ne considérons pas du tout sous ce vocable, pas plus que pour cette activité, les nomades ni les tourneurs. Ces derniers, bien que très importants dans les développements et l’épanouissement de l’activité cinématographique, n’apportent pas, à notre avis, les mêmes caractéristiques et conditions au cinéma. Souvent entrepreneurs locaux, ils se déplacent sur un périmètre restreint, vont des salles des fêtes aux arrière-salles des cafés ou encore dans les théâtres. La magie qu’ils apportent n’est pas la même que celle des forains qui, eux, recréent toutes les conditions de l’existence du spectacle cinématographique.

3 Et appareils à la technique analogue. Quand cela n’aura pas besoin d’être précisé, nous désignerons par cinématographe l’appareil capable de reproduire le mouvement par une suite d’images sur bande pelliculaire.

4 S’il ne nous est pas inconnu que l’activité cinématographique foraine existe chez nos voisins européens ou au Québec et ailleurs, l’option prise dans ces investigations est d’explorer cette histoire sur l’ensemble du territoire français.

5 Nom donné aux entreprises et établissements forains. Nous utiliserons aussi les termes de loges, baraques, théâtres pour désigner ces établissements.

6 Voir Guy Fihman, « La stratégie Lumière : l’invention du cinéma comme marché », dans Pierre Jean Benghozi, Christian Delage (dir.), Une histoire économique du cinéma français (1895-1995) – Regards croisés franco-américains, Paris, l’Harmattan « Champs Visuels », 1997, pp. 35-46, p. 37.

7 Les recherches de mon travail de thèse se portent sur l’exploitation du cinéma dans les fêtes foraines françaises entre 1895 et 1914.

8 Se reporter au tableau donné en annexe.

9 Jacques Deslandes et Jacques Richard, Histoire comparée du cinéma, op.cit., pp. 140-141.

10 Nous ne disserterons pas ici sur la forme que prend le spectacle cinématographique dans les métiers forains. Il est soit placé en complément de programme soit montré comme spectacle à part entière. Ce sujet sera développé dans la thèse.

11 Dans ce cas, il s’agit de la désignation de l’attraction et non de celle de l’appareil (qui ne connaît d’ailleurs pas de brevet français déposé sous cette dénomination en 1895 ou 1896). Rappelons que les forains ont pris pour habitude de renommer attractions et appareils pour se distinguer d’un voisin qui pourrait présenter le même spectacle qu’eux. Ils effectuent de cette manière une forme de réappropriation de ce qu’ils présentent. Cela rend évidemment compliquée la recherche concernant les appareils utilisés dans les baraques foraines.

12 Cette information première est donc légitimement reprise par certaines sources (Daniel Granval, Olivier Joos, les Cinémas du Nord & du Pas-de-Calais de 1896 à aujourd’hui, Merville, Bibliothèque du Club Cinéma de Merville, 2005, 207 p., p. 22 ; Jacques et Chantal Rittaud-Hutinet, Dictionnaire des cinématographes en France (1896-1897), Paris, Honoré Champion, 1999, 613 p., p. 220). Mais Deslandes et Richard font le choix de créditer Hénin plutôt que Hévin dans leur ouvrage. En effet, les relevés suivants mentionneront tous Hénin, sans plus jamais retrouver Hévin. La coquille typographique est une hypothèse très fortement acceptable et admissible.

13 Affiche datant de 1885, Archives municipales de Neuilly-sur-Seine, dossier 1 I 630 v.

14 Guido Convents, « Motion picture exhibitors on Belgian fairgrounds – Unknown aspects of travelling exhibition in a European country, 1896-1914 » (Film History n° 2, volume 6, 1994, pp. 238-249, p. 240).

15 Exploitant de loterie.

16 Pour lequel nous avons une affection particulière.

17 Cet appareil n’est pas référencé à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle et aucun brevet le concernant ne semble donc avoir été déposé.

18 Aucune spécification n’est précisée concernant son appareil.

19 Cette activité n’obligeant d’ailleurs pas le forain à posséder une baraque !

20 Deslandes et Richard commettent une erreur dans l’arbre généalogique des forains qu’ils livrent entre les pages 240 et 241 de leur ouvrage. Ils mentionnent Henri comme étant le père de la fratrie. En réalité, le père se prénomme Pierre (1820-1897) et ses deux fils sont Eugène (1850-1924) et Henri (1852 - ?).

21 Cette dénomination serait-elle inspirée par les caractères d’homme de scène qu’est Eugène Chabot ? Il n’existe pas de brevet d’appareil portant ce nom.

22 Appareil destiné à prendre et à projeter les photographies animées, brevet n° 259 444 déposé le 4 septembre 1896 par Lucien Korsten, Georges Méliès et Lucien Reulos. Cet appareil est vendu 2 000 francs.

23 Madeleine Malthête-Méliès, Méliès l’enchanteur, Paris, Hachette littérature, 1973, p. 172.

24 Lorsque les archives et sources le permettent, nous donnons toujours la dénomination attribuée à l’appareil cinématographique de même que nous tentons d’en retrouver le constructeur. Néanmoins, ce type d’information fait souvent défaut dans les sources primaires. Il nous est encore souvent impossible de déterminer le type de certains appareils.

25 Annonce parue dans l’Industriel forain n° 366 et 368 du 9 au 16 août et du 23 au 29 août 1896. Cet appareil est vendu 950 francs. Il n’y a pas de brevet pour cette dénomination d’appareil. C.J. Lépée est au 5 boulevard de la Madeleine de 1899 à 1901. Ensuite, son nom disparaît des registres.

26 Que Deslandes et Richard présentent comme montreur forain à Laval en septembre 1896.

27 L’inscription au Bottin n’est pas obligatoire.

28 Thierry Lecointe suggère de considérer C.J. Lépée et Gabriel Lépée comme une seule et même personne, et C.J. comme une coquille typographique (conversation avec l’auteur). Cette hypothèse est très plausible, C.J. n’étant jamais orthographié complètement dans aucune des sources. De plus, G.-Michel Coissac note que Victor Continsouza « construisit […] pour le compte de M. Gabriel Lépée, quelques appareils basés sur le principe qu’il avait breveté » (Histoire du Cinématographe, Paris, Cinéopse/Gauthier-Villars, 1925, p 280). Enfin, Jean-Jacques Meusy note qu’ « un certain Gabriel Lépée fait installer [un cinématographe] à la même période [1896 ou 1897] dans une baraque devant le théâtre de l’Ambigu », (Paris-Palaces ou le temps des cinémas (1894-1918), Paris, CNRS, 1995, p. 46).

29 Associé à Gaston Contenet, Gabriel Lépée dépose des brevets pour des cinématographes (n° 374 165 déposé le 10 avril 1906 et n° 392 148 déposé le 16 septembre 1907) et pour un dispositif améliorant le rattrapage de cadrage des images en projection (n° 386 048 déposé le 8 janvier 1908).

30 Voir Thierry Lecointe, « Les premières années du spectacle cinématographique à Nîmes, 1895-1913 » (1895 n° 43, juin 2004, pp. 45-76, p. 49).

31 Les films forains issus de ces machines cinématographiques sont une des bases de recherches de la thèse en cours.

32 Appareil breveté par Alexandre et Jules Pipon (opticiens parisiens). L’appareil est ainsi appelé dès la demande de brevet. Le nom de Pressecq leur est souvent associé sans que celui-ci ne soit mentionné dans le brevet n° 254 394. Il semble pourtant que ce soit lui qui ait perfectionné l’appareil.

33 Présents à Amiens pour la Foire Saint-Jean du 28 juin au 24 juillet.

34 Présent à Neuilly-sur-Seine du 20 juin au 13 juillet et à Rennes du 23 juillet au 11 août.

35 Jacques et Chantal Rittaud-Hutinet, op.cit., p. 199.

36 Comme l’a très bien montré et analysé Meusy dans Paris-Palaces.

37 Qui s’appelle alors la foire de Pâques ou Foire aux Pains d’Epices – elle se tient du 23 mars au 7 avril 1896.

38 Quelques précieuses informations concernant les séances estivales des frères Chabot m’ont été communiquées par Charly Grenon, journaliste et chercheur indépendant qui soutient aussi ces recherches. Il m’avait permis de reprendre ces informations dans mon mémoire de DEA, « L’émergence des machines cinématographiques – La contribution d’Henri Joly (1895-1897) » (direction Claudine Eizykman, Université Paris 8), en septembre 2002.

39 Lettre de demande d’emplacement d’Henri Chabot conservée aux Archives Municipales de Nantes. Document aimablement mis à ma disposition par Charly Grenon.

40 Qui sera encore son Cinéphotographe.

41 Charly Grenon a longtemps présenté cette séance comme la première monstration cinématographique foraine. Nous verrons que cette proposition s’avère erronée, malgré la pertinence de ses recherches.

42 Numéro du 11 juillet 1896. (La copie de l’article nous a été communiquée par Charly Grenon).

43 Tout comme pour le Cinéphotographe, le Sénaphotographe est absent des registres des brevets.

44 Leur séparation est liée au décès de l’épouse d’Eugène, qui plonge sûrement l’activité de leur théâtre ambulant dans la plus grande morosité. Henri quitte alors son frère.

45 Leur père Pierre était directeur du Théâtre Mécanique ; il était manipulateur de fantoches anglais, ces marionnettes grandeur nature à fil.

46 La famille Pezon est sur les fêtes avec des ménageries depuis 1874. Elle vient de la Lozère.

47 Antoine Zittmann, Bonnemaison, Bonnet, Michaut.

48 Rouvellat, Beauvillier, Ventouillac, Châtelain, Debra, Lorin, Gaillard.

49 Neuilly-Journal, samedi 27 juin 1896.

50 En ce qui concerne l’orthographe des noms forains, elle est malheureusement trop souvent problématique. Faisons ici plutôt confiance à la graphie révélée par Pezon plutôt que par le journaliste. De plus, nous retrouverons ce nom adoptant la même graphie.

51 Hors d’une période de fête ou de foire.

52 Jacques Garnier, Forains d’hier et d’aujourd’hui, Orléans, éditeur Jacques Garnier, 1968, p. 277.

53 De vieille famille foraine et circassienne toujours représentée de nos jours.

54 L’affiche ne précise pas lesquelles.

55 Brevet n° 253 708 déposé le 4 février 1896 au nom d’Eugène & Michel Werner et brevet n° 254 908 déposé le 19 mars 1896 aux noms d’Eugène & Michel Werner et Georges Monier.

56 Qu’il n’avait d’ailleurs pas présenté au moins pour les années 1901 et 1902.

57 Voir ce poème en annexe.

58 Je tiens ici à remercier Monsieur Alain Grenier (arrière petit-fils de l’industriel forain Ernest Grenier, pionnier de l’exploitation cinématographique foraine) et son épouse pour leur aide et leur collaboration : je leur dois les recherches effectuées aux archives municipales d’Orléans ; ils sont tous deux d’une aide et d’un soutien précieux pour mon travail de recherches.
Le Dictionnaire des cinématographes en France mentionne les articles locaux concernant cette séance (op.cit., pp. 345-347).

59 Thierry Lefebvre a analysé les sources d’inspiration probables du film de Georges Méliès dans « Le Voyage dans la Lune, film composite » (dans Jacques Malthête, Laurent Mannoni (dir.), Méliès, magie et cinéma, Paris, Paris-Musées, 2002, pp. 172-192). Il rappelle notamment que ce métier, le Voyage dans la Lune est très présent dans les fêtes foraines, autant en France qu’outre-Atlantique. S’il ne faut pas voir dans le cas de la baraque présente à Orléans une source d’inspiration directe, cela permet néanmoins de rappeler que de nombreuses idées cinématographiques sont des attractions foraines préexistant au cinéma.

60 Italien, Jacques Inaudi est naturalisé Français le 6 juin 1896. En 1897, il est comptable dans un établissement de crédit et semble avoir renoncé à la vie itinérante. Nous le retrouvons sur les routes en 1908 avec « The Royal Concordia » (music-hall, cirque, cinéma voyageant avec son train routier) qui terminait ses représentations par le Star Ciné et ses grandioses projections avec la salle éclairée.

61 Laurent Mannoni, Méliès contrefacteur, 1895 n° 22, juillet 1997, p 29. (informations reprises dans « 1896, les premiers appareils cinématographiques de Georges Méliès », dans Jacques Malthête, Laurent Mannoni (dir.), Méliès, magie et cinéma, Paris, Paris-Musées, 2002, pp. 117-133).

62 Le Patriote orléanais du 29 mai 1896 en annonçait 11, informations sûrement recueillies sur l’affiche ou données par le montreur lui-même. Ainsi, ce sont trois films supplémentaires qui semblent figurer au programme (ou au stock) de cette soirée.

63 Jacques Malthête nous apprend que les dates de réalisation des films sont difficiles à préciser avant 1903 et les premiers dépôts à la Library of Congress. Malgré tout, Georges Méliès a commencé à tourner ses premiers films au mois de mai 1896 et à partir du n° 27, nous sommes après le 14 juillet 1896. Ce sont donc sûrement 14 parmi la vingtaine des premiers films de Georges Méliès qui ont été détruits dans cet incendie. Quelques films ont aussi pu être obtenus lors de l’achat de l’appareil.

64 L’Industriel forain n° 368, du 23 au 29 août 1896. Aucun brevet n’est déposé pour cet appareil.

65 Un article de l’Industriel forain daté du 23 au 29 février 1896 révélait que les frères Werner préparaient un nouvel appareil dont le coût de l’installation totale avoisinerait les huit à dix mille francs. L’annonce pour le Cinétographe ne paraît qu’à partir du 5 juillet 1896 sans que son prix ne soit mentionné.

66 De son vrai nom Albert Ferdinand Guyot, dit De Thorcey. Lui aussi prestidigitateur, hypnotiseur, il a été le manager de Jacques Inaudi et lui a fait profiter de sa connaissance du voyage.

67 Nous avons précédemment mentionné que Delille s’est séparé de la troupe des Ducros. Il est très hypothétique que l’opérateur présent à Orléans soit de la même famille, mais le fait est assez remarquable pour être cité.

68 L’Industriel forain du 3 janvier 1897.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Séances données lors de festivités foraines
URL http://1895.revues.org/docannexe/image/2732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Hennion, « Éclairage sur l’année 1896. Éléments chronologiques relatifs à l’introduction du spectacle cinématographique sur les champs de foire français  », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 54 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/2732 ; DOI : 10.4000/1895.2732

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Hennion

ATER à l’université Paris 8. Auteur, en 2002, d’un mémoire de DEA consacré à L’émergence des machines cinématographiques – La contribution d’Henri Joly (1895-1897), il prépare actuellement, sous la direction de Guy Fihman, une thèse intitulée La période foraine du cinéma en France (1895-1914).

Teaching assistant at the University of Paris 8. Author, in 2002, of a DEA dissertation L’émergence des machines cinématographiques – La contribution d’Henri Joly (1895-1897), he is currently working on a doctoral thesis entitled La période foraine du cinéma en France (1895-1914), under the supervision of Guy Fihman.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page