Navigation – Plan du site
Le cinéma avant le cinéma

Portraits animés

Animated portraits
Kim Timby
p. 109

Résumés

Dans les archives d’Émile Cohl se trouvent trois portraits photographiques de Cohl, de son fils et de sa femme, où le personnage représenté s’anime quand on manipule le montage. Ce procédé ludique (dit aujourd’hui « à réseau ») était breveté aux États-Unis et en France, et proposé par quelques studios parisiens pendant les années 1910. Il n’est donc pas pré-cinématographique comme on a pu le supposer, et sa manière inédite de présenter une illusion d’animation, par l’entrelacement d’images multiples (comme, entre autres, dans les plaques Autochromes pour la photographie en couleurs), l’inscrit dans la modernité technique du début du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2010.

1Le portrait animé est une forme de photographie amusante apparue à l’aube du vingtième siècle. Petite image insérée dans un montage de format carte postale, il semble au premier abord une photographie classique. Mais en pliant l’onglet situé à son extrémité (« Remuez doucement ce bord »), le sujet s’anime : un clin d’œil, un sourire ou d’autres gestes simples s’esquissent. Cohl, sa femme et son fils André ont expérimenté ce procédé original. Pour son portrait, Émile Cohl se présente pince-sans-rire, une mèche de cheveux se déplace sur son front. Suzanne, son épouse fixe l’appareil du regard puis ses yeux oscillent de droite à gauche. Leurs fils André louche et bouge les yeux en tous sens. La vitesse de l’animation, dirigée par l’onglet, varie en fonction des gestes de l’usager (ce qui contribue à rendre ces objets irrésistiblement attractifs).

2Le portrait animé a laissé peu de traces, mais durant les années 1910 il fait clairement l’objet d’une mode alimentée par l’engouement pour le cinéma. Les portraits de la famille Cohl, comme l’indique le tampon apposé sur leur verso, ont été réalisés à « Photographies animées / 12, bd des Italiens / (Coin du passage de l’Opéra) ». Le même procédé est également proposé pendant quelques années après la guerre par Bergeron, Ferreté et Cie, situé au 8, rue Martel (au nord des Grands Boulevards). La technique des cartes postales à portrait animé semble avoir été importée des États-Unis. Elle a été breveté outre-Atlantique par Alexander S. Spiegel entre 1909 et 1911, et apparaît en France peu de temps après. Les photographes qui souhaitaient le commercialiser pouvaient acheter un matériel prêt à l’emploi comprenant les montages et un châssis de prise de vue.

3Le procédé est simple. Une grille de fines lignes noires verticales est maintenue devant la surface sensible du négatif au moyen d’un châssis spécial. Le sujet est photographié à trois reprises ; entre chaque pose, l’écran ligné est déplacé d’une fraction de millimètre, révélant une partie du négatif auparavant occultée. De cette manière, les trois vues sont imbriquées l’une dans l’autre. Un tirage de cette photographie composite est alors recouvert d’un film avec les mêmes rayures noires (ce qui donne un aspect sombre à l’image), et l’ensemble est inséré entre deux cartons, la photographie encadrée par une fenêtre dans le carton supérieur. Le fait de plier l’onglet déplace la grille et les trois poses défilent, visibles l’une après l’autre à travers les lignes noires.

4Ce jeu modeste, désigné aujourd’hui sous l’intitulé de photographie animée « à réseau », est plus novateur qu’on pourrait le croire. À la même période, on entrelace des images derrière un réseau pour créer des photographies stéréoscopiques (deux images sont associées afin de produire une impression de relief) et des photographies en couleurs (trois prises de vue sont combinées en une – c’est le principe de l’Autochrome). Le portrait animé fait ainsi partie de la modernité de la Belle Époque. Et il n’est pas étonnant que Cohl s’y soit essayé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kim Timby, « Portraits animés », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 53 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 31 août 2014. URL : http://1895.revues.org/2373

Haut de page

Auteur

Kim Timby

Directrice des collections au musée Nicéphore-Niépce à Chalon-sur-Saône, et chargée de cours à l’École du Louvre. Historienne de la photographie, elle s’intéresse en particulier aux images en relief, à effet animé ou en couleurs (techniques, réception, usages). Son doctorat portait sur la photographie à réseau, et autour de ce sujet elle a notamment publié Paris en 3D, de la stéréoscopie à la réalité virtuelle (Paris-Musées, 2000, co-éditrice) ; « Images en relief et images changeantes. La photographie à réseau ligné », Études photographiques, n° 9, mai 2001 ; et « “Le cinéma dans une seule photo” : le portrait animé à réseau au début du xxe siècle » (à paraître).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page