Navigation – Plan du site
Actualité

Restaurations : sauvez l’aura !

François Albera
p. 110

Texte intégral

1La « une » de Libération du 13 octobre dernier annonçait dans ses pages cinéma : « Restauration des films : l’obsession de l’image propre ». Sous le titre « Nouvelle cuisine », Philippe Azoury, dans une enquête de trois pages, ouvrait enfin dans ce journal qui s’en était fait le chantre depuis quelques années, le dossier de la restauration des films « à l’heure du numérique » dont 1895 a déjà plus d’une fois entretenu ses lecteurs. L’enjeu économique des sorties DVD apparaît ici clairement et la sortie en salle, sur pellicule, mise à sa place d’exposition du futur disque qui est le vrai objectif commercial des dites « restaurations ». Mais le discours des techniciens (ici Rahma Goubar) oscille toujours entre la reconnaissance après-coup des excès passés et la conviction qu’aujourd’hui on fait mieux, on sait faire… « Tout est dans le dosage », on « s’interdit de toucher à l’âme du film, son aura » ! Païni de son côté, relève la logique à l’œuvre et qui tend à faire du film « une reproduction du DVD » : « Les restaurations de tableaux ont tendu à donner le moins de différence possible avec ce que sera sa reproduction sur catalogue. Dans le futur tirera-t-on les films plus clairs pour gagner en visibilité, en profondeur de champ ? Ou tirera-t-on “charbonneux” pour gagner en qualité de noir ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Restaurations : sauvez l’aura ! », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 44 | 2004, mis en ligne le 16 janvier 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://1895.revues.org/2132

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page