Navigation – Plan du site
Archives

Marie Epstein / Zbigniew Czeczot-Gawrak. Correspondance à propos de Matuszewski

p. 67-72

Texte intégral

1Les deux premiers ouvrages de Boleslaw Matuszewski, publiés par l’auteur en 1898 chez un imprimeur de la rue Campagne-Première – avant que l’un des textes ne soit repris par le Figaro (25 mars 1898), ont été quelque peu oubliés des commentateurs et des historiens jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. À la faveur d’un Congrès de la FIAF organisée cette année-là à Varsovie, ils parviennent en Pologne en 1955 grâce à Henri Langlois. Matuszewski est cité pour la première fois dans ce pays en 1966 en tant que premier théoricien du cinéma par Wladyslaw Banaszkiewicz qui donne les premières informations bibliographiques concernant sa personne1. En France, Matuszewski est brièvement cité en 1958 par René Jeanne et Charles Ford dans leur Histoire encyclopédique du cinéma et, en 1968, dans le deuxième tome de l’Histoire comparée du cinéma de Jacques Deslandes et Jacques Richard. Dès les années 1970, Zbigniew Czeczot-Gawrak, professeur à l’Académie des Sciences à Varsovie, propage les idées de Matuszewski dans le milieu des historiens polonais et français. Il présente en particulier, et publie « Une nouvelle source de l’histoire » dans la revue trimestrielle de l’Unesco, Cultures, en 19742. En 1979, il entre en contact épistolaire avec Marie Epstein afin d’envisager la republication des deux brochures en France et, à cet, effet, il lui adresse une copie photographiée du texte introuvable à la Bibliothèque nationale, la Photographie animée ce qu’elle est ce qu’elle doit être, dont apparemment Langlois n’avait pas gardé d’exemplaire… La cinéaste et collaboratrice de la Cinémathèque française contacte plusieurs éditeurs et revues (dont les Cahiers du cinéma), mais en vain. En 1983 Raymond Borde3, qui qualifie Matuszewski de pionnier des cinémathèques, lui accorde une place importante dans son livre et le cite abondamment. C’est d’Italie que vient la première étude biographique approfondie sur Boleslaw Matuszewski. En 1999, Giovanni Grazzini4 apporte des informations supplémentaires sur son activité en tant que photographe et opérateur, mais l’auteur ne cite pas les sources qu’il utilise. Un apport considérable vient ensuite donné du chercheur russe, Vladimir M. Magidov qui trouve dans les archives de Russie des documents officiels de l’époque témoignant de l’activité de Matuszewski à la cour du tsar au cours des années 1897 et 1898.

2Au titre de documents concernant le sort paradoxal de ces deux textes à la fois célèbres et introuvables, nous publions ci-après une partie de la correspondance échangée par Zbigniew Czeczot-Gawrak et Marie Epstein, conservée dans le fonds Jean et Marie Epstein de la Cinémathèque française, déposé à la BiFi.

Haut de page

Notes

1Wladyslaw Banaszkiewicz, Witold Witczak, Historia filmu polskiego, tom1, 1895-1929, Warszawa, Wydawnictwo Artystyczne i Filmowe, 1966.
2Cultures, vol. II, n° 1, (Neuchâtel, Editions de La Baconnière), 1974 ; Zbigniew Czeczot-Gawrak, Boleslaw Matuszewski, filozof i pionier dokumentu fimowego [Boleslaw Matuszewski, philosophe et pionnier du document cinématographique], préface à Nowe zrodlo historii [Une nouvelle source de l’histoire], Ozywiona fotografia, czym jest czym byc powinna [La Photographie animée, ce qu’elle est, ce qu’elle doit être], Filmoteka Narodowa, 1995.
3Raymond Borde, les Cinémathèques, Lausanne, L’Age d’homme, 1983 (rééd. Ramsay).
4Giovanni Grazzini, La memoria negli occhi. Boleslaw Matuszewski : un pionere del cinema, Rome, Carocci, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marie Epstein / Zbigniew Czeczot-Gawrak. Correspondance à propos de Matuszewski », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 44 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/1962 ; DOI : 10.4000/1895.1962

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page