Navigation – Plan du site
Études

Queen Margot vs la Reine Margot : la version américaine du film de Patrice Chéreau1

Queen Margot vs la Reine Margot: the American version of Patrice Chéreau’s film.
Violette Rouchy-Lévy
p. 90-115

Résumés

La sortie de la Reine Margot en mai 1994 est l’aboutissement d’une genèse longue et complexe. Sa présentation au Festival de Cannes constitue aussi un nouveau départ pour l’œuvre de Patrice Chéreau : parmi les invités de la Croisette se trouvent en effet certains distributeurs étrangers, notamment américains. La diffusion du film aux États-Unis occasionne un nouveau montage, bientôt pleinement assumé par le réalisateur, qui dira l’avoir envisagé lui-même et n’avoir pu le réaliser faute de temps. Quel rôle a donc joué Hollywood dans l’histoire de la Reine Margot ? Il faudra deux sneak previews (projections-tests) et plusieurs mois de négociations entre le réalisateur et le distributeur Miramax, pour aboutir à Queen Margot, version plus courte, différente, qui va déterminer la carrière internationale et l’avenir de la Reine Margot. L’étude des papiers personnels de Patrice Chéreau, conservés à la Bibliothèque du Film, permet à cette étude de retracer cette genèse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’inspire d’une communication présentée le 29 avril 2006 lors d’un séminaire sur « Le film (...)

1La Reine Margot constitue une œuvre singulière dans la carrière de Patrice Chéreau, qui a commencé à réaliser des films dès 1974, films à petits budgets, souvent intimistes et proches de son travail de théâtre, tels la Chair de l’orchidée et Judith Therpauve. C’est en 1983 avec l’Homme blessé que la renommée du metteur en scène s’étend à un public plus large et conquiert la critique en remportant le César du meilleur scénario. La Reine Margot est véritablement sa première grande aventure cinématographique. La genèse en est longue et compliquée : elle s’étend sur plus de sept ans, le scénario connaît au moins dix versions successives, le casting est rythmé par de multiples valses, le budget avoisine les 120 millions de francs d’alors, et le tournage mobilise l’équipe pendant plus de cinq mois… Les finitions sont précipitées par le fait que la date de sortie doit coïncider avec le festival de Cannes, d’où une durée de montage réduite à six mois. Le film fait néanmoins découvrir au grand public Patrice Chéreau cinéaste : la Reine Margot est vu par plus de deux millions de spectateurs.

2À mi-chemin entre la grosse production et le film d’auteur, la Reine Margot, coproduction franco-germano-italienne, a été très tôt conçue comme un produit à exporter. La distribution internationale, étendue sur plus d’un an entre mai 1994 et mai-juin 1995, connaît un tournant décisif avec la diffusion du film sur le continent américain, puisque celle-ci est précédée d’un important travail de remontage, à l’origine de la version de la Reine Margot que nous connaissons aujourd’hui. L’unique version actuellement disponible en DVD n’est pas la version d’origine, présentée à Cannes le 13 mai 1994 : un écart d’une vingtaine de minutes les sépare, réduisant la durée du film de deux heures quarante à deux heures vingt. Il faut signaler également l’existence d’une variante pour la télévision composée de deux épisodes d’une heure trente, et des versions spécifiques pour la distribution à l’étranger. D’emblée, la Reine Margot apparaît donc non pas un, mais multiple.

  • 2 L’essentiel des archives concernant la version américaine est conservé dans les dossiers CHÉREAU 14 (...)

3Le présent article se fonde donc sur le visionnage comparatif des versions française et américaine, ainsi que sur l’exploitation minutieuse des archives de Patrice Chéreau. La Bibliothèque du Film conserve en effet un très riche fonds d’archives déposé par le réalisateur deux ans après la sortie de la Reine Margot, en 1996, qui documentent abondamment la genèse de la version américaine2. Les souvenirs de la coscénariste Danièle Thompson, du producteur exécutif Pierre Grunstein et du monteur François Gédigier viennent également alimenter notre connaissance du sujet, de même que la presse de l’époque des deux côtés de l’Atlantique. Quel rôle a joué Hollywood dans l’histoire de la Reine Margot ? Le remontage plus consensuel orchestré par les États-Unis sera bientôt pleinement assumé par Patrice Chéreau, qui dira l’avoir envisagé lui-même et n’avoir pu le réaliser faute de temps. S’agit-il alors seulement d’une réponse au demi-enthousiasme rencontré lors de la sortie française ? Qu’est-ce qui fait la singularité de la version américaine ? Pour répondre à ces questions, cette étude de cas abordera successivement trois points : les enjeux et les conditions de la distribution du film outre-Atlantique seront d’abord présentés, avant d’examiner dans le détail les quatre grandes étapes du remontage que la consultation des archives de Patrice Chéreau a permis de dégager. On se livrera enfin au jeu des principales différences entre la version française d’origine et la version américaine, pour conclure sur l’avenir de cette dernière.

1. Enjeux et conditions de distribution du film aux États-Unis

  • 3 Cité par Thomas Sonsino, « La Reine Margot : un succès mondial », la Lettre d’Unifrance, n° 2, mars (...)

4« Pour la première fois, une compagnie américaine (Miramax) rentrait dans un projet français avant la fin du tournage », indique Jacques-Éric Strauss, chargé des ventes à l’étranger3. Effectivement, la Reine Margot a été vendu au distributeur américain sur scénario. Première grande tentative de Patrice Chéreau, Européen convaincu et reconnu, pour conquérir l’imposant marché américain, la diffusion outre-Atlantique ne s’est pas effectuée sans discussions. Soumis à des projections-tests, le film est démonté, puis remonté plusieurs fois pour mieux correspondre aux « souhaits » des spectateurs américains.

1.1. La Reine Margot vu par les spectateurs américains : le recours aux sneak previews

  • 4 Archives de Pierre Grunstein, dossier de fin de film, p. 189.
  • 5 François Hauter, « L’Amérique sauve Margot ! », le Figaro, 14 novembre 1994.

5Miramax, société familiale des frères Harvey et Bob Weinstein qui vient alors d’être rachetée par Disney, a prévu de sortir le film de Patrice Chéreau en décembre 1994. Dès le mois d’avril est lancée l’idée d’organiser une projection-test de la Reine Margot à New York. Pourquoi ? Parce qu’il a été convenu au moins depuis la fin de l’année 1993 que « la version américaine ne devra pas dépasser 2h20 »4. On pouvait donc supposer qu’à la sortie d’un film de 2h39, le distributeur exigerait des coupes, comme le souligne un journaliste : « La rumeur affirme qu’après Cannes, ils auraient simplement refusé de payer leur participation (ils avaient promis, à la lecture du scénario, 800 000 dollars pour la diffusion aux États-Unis) si on ne revoyait pas sérieusement le montage. »5 Patrice Chéreau confirme que des pourparlers sont en cours, mais se refuse dans l’immédiat à engager toute négociation. Il accepte pourtant la tenue d’une sneak preview le 14 juin 1994, en son absence puisqu’il présente alors Don Giovanni à Salzbourg, mais devant le monteur François Gédigier et la scénariste Danièle Thompson. La projection n’obtient pas les résultats escomptés et des changements sont demandés, plus ou moins réalisés. Ces modifications sont testées lors d’une seconde projection le 20 octobre, en présence du réalisateur.

6Les rapports des deux projections, transmis au réalisateur, sont conservés dans le fonds Chéreau : ils permettent de connaître la composition du public sélectionné, les questions qui lui ont été posées, ainsi que les réponses apportées. Ils sont intitulés précisément « “Art-house” Queen Margot – Market Research Screening », montrant que le film de Chéreau est classé dans la catégorie « art et essai » (traduction de « art-house »). Les 200 personnes interrogées sont en majorité des femmes, plutôt jeunes. Peut-être les traits spécifiques du film (intrigue romanesque, violence...) ont-ils déterminé cet échantillonnage, ou bien la gent féminine a-t-elle été tout simplement plus scrupuleuse à répondre que les hommes.

1.2. Analyse des résultats

7À deux reprises, les spectateurs ont dû répondre à douze questions. D’abord une impression générale à chaud : « What was your reaction to this movie overall ? » La réponse la plus fréquente est « good » à 32 % le 14 juin, et « very good » à 33 % le 20 octobre. Une colonne intitulée « NORM » indique le minimum à atteindre dans cette catégorie pour que le film soit jugé commercialisable. Il est fixé à 55 % de réponses « Total highly favorable » (addition de « excellent » et « very good »), taux auquel la Reine Margot parvient seulement après la seconde projection, quand la première n’en avait totalisées que 41 %. Deuxième question : « Would you recommend this movie to your friends ? » Aucune des séances n’est parvenue à la norme de 45 % de verdicts parfaitement positifs, malgré une hausse de 25 à 39 % entre-temps. Le spectateur a dû ensuite juger les acteurs principaux : la réponse « excellent » est plus fréquente en octobre, allant de 46 % pour Daniel Auteuil à 60 % pour Virna Lisi. En juin, Isabelle Adjani l’emportait sur l’actrice italienne, par 49 % contre 42 %, avant que la tendance ne s’inverse.

8De la même façon, certaines caractéristiques du film sont plus appréciées au second sondage : les décors suscitent la plus grande adhésion (59 % de réponses « excellent »), talonnés par la musique (40 %) et par l’intrigue (28 %). Mais le rythme, et surtout la fin, qu’en juin 16 % des sondés jugent « poor », déplaisent. Lorsqu’ils doivent décrire le film, les spectateurs sont surtout sensibles à l’histoire romanesque et guerrière. Quant à leurs scènes préférées, le mariage, la chasse, les scènes de couple et d’amour arrivent en bonne place. Sont condamnées en revanche, lors du premier test, l’agonie du roi Charles, les scènes de massacre (« too many and too graphic ») et la mort du sanglier ; en octobre, aucune scène spécifique n’est mentionnée : « The overall violence in the film bothered a great number of people. Most respondents felt that the violence was too graphic and there was too much blood. » Septième point, les éléments jugés confus dans l’œuvre : à l’unanimité lors des deux tests, les gens ne comprennent pas parfaitement le sujet du film et les rapports entre les personnages. Les questions 8, 9, 10 et 11 reviennent sur le tempo du film, principal sujet d’interrogation donc, jugé trop lent du fait de la longueur du film (critiquée à 72 % en juin, à 53 % en octobre) : « The great majority of respondents found the length of the film to be the central issue. »

9La dernière question, plus ouverte, porte sur les films dont peut être rapproché la Reine Margot, selon les spectateurs : si d’un sondage à l’autre, on retrouve Excalibur (John Boorman, 1981), les films cités en juin, le Retour de Martin Guerre (Daniel Vigne, 1981), 1900 (Bernardo Bertolucci, 1976), Henry the IV (Marco Bellochio, 1984), et The Last of the Mohicans (Michael Mann, 1991), ne sont pas les mêmes que ceux cités en octobre : Henry V (Laurence Olivier, 1944, ou Kenneth Branagh, 1990 ?), Ran (Akira Kurosawa, 1985), le Nom de la rose (Jean-Jacques Annaud, 1986) et The Mission (Roland Joffé, 1986). Ces références, éclectiques par leur provenance et leur propos, convoquent toutes des films à grand spectacle, produits en majorité dans les années 1980-1990 et caractérisés par une mise en scène soignée, une reconstitution minutieuse, des décors grandioses... À l’exception de Ran qui dure 2h43, tous ces sujets sont développés en à peine plus de deux heures, ce qui a permis au Retour de Martin Guerre ou au Nom de la rose d’être très appréciés en Amérique. Mais peut-on rapprocher le film de Patrice Chéreau de ces grandes fresques historiques ? La nouvelle version américaine est-elle une version de commande ou le fruit d’une réappropriation du montage par Patrice Chéreau ?

2. La lente élaboration de Queen Margot : un remontage en quatre étapes

10Le travail de réflexion sur la Reine Margot présenté à Cannes a en réalité commencé dès la conception de la version télévisée et des versions allemande et italienne, raccourcies respectivement de 20 et 15 minutes. Il a consisté à pratiquer dans la version d’origine toujours plus de coupes, quelquefois infimes.

2.1. Les réactions de Patrice Chéreau aux coupes de Miramax après la première sneak preview

  • 6 Le distributeur aurait été choqué par la dernière image du film, le départ de Margot avec la tête d (...)

11Le distributeur américain procède à des coupes immédiatement après la sneak preview du 14 juin. Cinquante-six passages sont retranchés d’un bout à l’autre du film, écourté de 24 minutes et 13 secondes par rapport à la version d’origine. Ont surtout été réduites les scènes de violence de la Saint-Barthélemy, mais aussi les moments de dialogue entre deux personnages. Patrice Chéreau a répondu à ces modifications en en acceptant certaines, touchant par exemple les scènes d’orgie, la scène de sexe entre Margot et La Môle, la préparation du massacre… Il a toutefois opposé son refus à la mutilation du mariage ou de la chasse. Des incertitudes demeurent sur les premières séquences entre La Môle et Coconnas, sur la conversion d’Henri au catholicisme, sur le départ final de Margot pour la Navarre6… Le réalisateur a donc globalement bien accueilli les coupes très courtes et celles portant sur des discussions ralentissant le rythme de la narration. Il a en revanche tenu à conserver la violence de certaines séquences, ainsi que le sens que d’autres donnaient aux rapports entre les personnages (ainsi le baiser incestueux entre Henri III et Catherine).

  • 7 « Patrice Chéreau’s cuts proposals based on Miramax editing proposal (Avid July 19th) ».

12En vertu de ces propositions, un nouveau montage est réalisé le 19 juillet, après discussion entre Chéreau et son monteur : 52 coupes évacuent 17 minutes et 50 secondes du film7. Certains souhaits de coupes de Miramax ont été directement exaucés (affrontement entre Guise et Anjou, scènes d’orgie, scène entre Catherine et Margot). Chéreau a tenu bon en conservant l’autopsie dans sa quasi-totalité, mais pour le reste, il a réalisé ses propres coupes, souvent plus courtes que celles commandées : six au lieu de dix pour la Saint-Barthélemy, mais en deux fois moins de temps, comme pour la chasse (Miramax avait supprimé un passage entier de cette scène, alors que le cinéaste a introduit ici sept coupes fines). Dans l’ensemble, les demandes ont été respectées, mais avec une personnalisation du remontage évidente, au service d’un double objectif : conserver la violence des scènes, tout en redynamisant le récit.

2.2. Nouvelles coupes de Patrice Chéreau

13Alors qu’on ne sait pas encore exactement quand sortira le film et qu’une deuxième sneak preview est envisagée, le réalisateur est à nouveau amené à revoir sa copie en août 1994. Un fractionnement s’observe à travers son choix de réaliser 82 coupes, évacuant une vingtaine de minutes (20 minutes et 6 secondes). Si quantité de séquences sont très légèrement écourtées, trois passages sont particulièrement revus : le mariage (- 3 min. et 1 sec., avec dix coupes entre 1 et 25 sec.), le massacre (- 2 min. et 39 sec., avec 14 coupes entre 0,02 et 30 sec.) et la chasse (- 1 min. et 3 sec., avec dix coupes de quelques secondes chacune).

14Deux scènes sont franchement coupées : la discussion entre Margot et Catherine où la mère gifle la fille (- 1 min. et 30 sec.) et une des deux scènes d’agonie du roi (- 2 min. et 55 sec. ; - 41 sec.). Au visionnage, Miramax applaudit le nouveau montage, avec trois réserves majeures concernant toujours la discussion religieuse entre La Môle et Coconnas, la lutte entre Anjou et Guise au mariage et la scène d’orgie, et quelques réticences disséminées (scène chez Marie Touchet, discussion entre Charles et Alençon avant le viol).

2.3. Une troisième tentative pour répondre aux nouvelles exigences du distributeur

15Chéreau se remet donc à l’ouvrage pour la troisième fois entre la mi-septembre et la seconde projection-test. De cette étape ne subsiste aucun inventaire de coupes, mais une lettre de Chéreau à Miramax du 20 septembre 1994 qui éclaire particulièrement la démarche du cinéaste et illustre le pouvoir considérable du montage. En voici quelques extraits :

  • 8 La réplique est pourtant conservée dans la nouvelle version française aujourd’hui disponible en DVD

Voici une nouvelle version que j’espère définitive et qui tient compte de votre dernier fax et des réflexions que je me suis faites depuis le mois d’août en travaillant sur la version télé. Disons que c’est une version que pour la première fois, je peux défendre comme étant mon film.
1. J’ai coupé la discussion religieuse. Pour ce faire, j’ai simplement rallongé la première séquence qui donne du poids au conflit qui les oppose [La Môle et Coconnas]. Tout est plus court, maintenant, et plus nerveux. […]
4. Scène Margot/La Môle dehors rajoutée : ici intervient une promesse que j’ai faite à Isabelle qui était de remettre cette scène à laquelle elle tient tant. Je l’ai remise. Ce à quoi je tiens personnellement, c’est le plan d’intérieur où La Môle se lève, la regarde et s’accroupit. La scène d’après est une jolie scène d’amour et on m’a dit que les spectateurs américains souhaitaient qu’il y en ait plus. […]
6. À la fin, il y a deux possibilités de fin : celle que je vous avais envoyée et une autre différente avec l’autre scène d’agonie de Charles. Je suis incapable de trancher. À la fin, dans la voiture, il y a dans la deuxième solution une conclusion que je préfère. Orthon dit : « Le sang coule sur ta robe » et Margot continue de se taire. La réplique était un peu ridicule. C’est la solution que je préfère. Le silence est plus beau que du texte8.

16Une version plus dynamique, plus « nerveuse » donc, mais non dépourvue d’incertitudes et de modifications possibles, comme l’indique cette confession du réalisateur à l’œuvre.

2.4. La seconde sneak preview engendre un quatrième remontage

17Le film en l’état est soumis au verdict des spectateurs le 20 octobre 1994. Malgré des résultats encourageants et tout le travail déjà accompli, Chéreau va toucher une quatrième fois au film. L’ensemble des modifications opérées après la deuxième projection-test est communiqué à Renn Productions :

- mort de Du Bartas : 40 images en moins en fin de plan
- égorgement jeune fille : 24 images en moins en fin de plan
- têtes qui tombent aux pieds d’Anjou : 24 images en moins en fin de plan
- coup de feu sur La Môle dans le couloir : coupé
- 2 plans fixes de cadavres coupés au charnier
- dialogue Catherine/Charlotte à la conversion : coupé
- scène de la couverture légèrement raccourcie, nouveau doublage (texte ci-joint : gardez-le pour les sous-titres)
- rajout de « Jamais devant les étrangers ! – Je sais »
- coupe de 4 plans entre « Nous aurions un bâtard sur les bras » et la chute de Charles
- je n’ai pas coupé le sexe de Margot, seulement raccourci de 16 images en tête
- le plan du chien autopsié : coupé
- 1 gros plan de chien coupé dans la 2e chasse
- texte Coconnas : « Il est avec Margot. Il arrive. Il sera là dans quelques minutes. » Puis La Môle crie « Attention ! Ils l’ont su ! Attention » (nouveau texte)
- « C’est une préparation utilisée pour l’embaumement des rois. Fais-les enterrer ensemble » (nouveau texte)
- plan des têtes dans les mains du bourreau : coupé
- extérieur : « Fais-les enterrer ensemble » : coupé.

  • 9 Brouillons de réponse de Patrice Chéreau à Scott Martin, s. d. et 30 novembre 1994.

18Il s’agit vraisemblablement de la dernière grande vague de changements du montage de la Reine Margot, même si des questionnements ponctuels ont lieu en novembre, en particulier sur la coupe du cerveau sanglant pendant l’autopsie ou sur le maintien du plan du sexe d’Anjou dans la scène du viol de Margot. Face à une ultime tentative de Miramax pour obtenir de nouvelles coupes, le réalisateur coupe court à toute discussion : « I discover your fax. Obviously, as you can understand, my answer is : No. I did already more cuts than I want. Your request is not serious : the film is violent, long or short, he is still violent and you will never change that with 30 seconds less. He is now as I like it to be. »9

19Si quatre grands moments de remontage ont été distingués, il ne faut pas oublier les innombrables moments intermédiaires qui ont vu Chéreau réfléchir sur un passage, sur une musique, les modifier, les remettre, les couper à nouveau, les remonter... Cependant, ce remontage n’a pas seulement été de l’ordre du retranchement : des éléments ont été ajoutés à la version d’origine. Observons donc à présent les principales différences entre la version française et la version américaine.

3. La Reine Margot / Queen Margot : points communs et différences

3.1. Une version enrichie de nouveaux éléments textuels et musicaux

  • 10 Entretien avec François Gédigier, 9 mai 2005.

20Pour favoriser une meilleure compréhension du film, Miramax souhaite ajouter à la version originale deux éléments : un texte déroulant et des cartons de présentation des personnages. Concernant ces derniers, l’idée semble venir directement du distributeur américain. Mais Patrice Chéreau n’a vraisemblablement pas été réceptif à cette requête, puisque la version américaine définitive n’en compte aucun. Il en va différemment du préambule historique. François Gédigier se souvient qu’Harvey Weinstein lui a montré en juin 1994 des débuts de films historiques comme Quo Vadis (Mervyn LeRoy, 1951) ou la Rose et la flèche (Richard Lester, 1976), qui s’ouvrent tous deux sur un parchemin qu’on déroule10. Patrice Chéreau avait déjà dû être sollicité, par l’Américain ou par d’autres, pour composer un texte d’introduction, car ses archives révèlent plusieurs étapes de rédaction d’un texte en collaboration avec Danièle Thompson, qui rappelle le contexte historique autant qu’il décrit une atmosphère et présente une vision orientée des événements. Patrice Chéreau souhaitait que la date de 1572 soit conservée et que le texte soit monté au générique entre le carton des coproducteurs et le carton « Claude Berri présente ». Le texte proposé est jugé un peu trop complexe, et sa place doit selon les Américains être modifiée pour qu’il remplisse véritablement sa fonction d’introduction historique. Il sera donc inséré juste avant la première image du film.

  • 11 Citée par Jean-Pierre Lavoignat, « La nouvelle Margot », Studio magazine, hors série, décembre 1994 (...)
  • 12 « Possibilités de musiques supplémentaires pour le nouveau montage de la Reine Margot (au 24. 08. 9 (...)

21Dernier élément essentiel de ce remontage, l’adjonction progressive de musiques supplémentaires. Les premières coupes de Miramax n’en mentionnent pas, ni celles faites ensuite par Chéreau. On ne s’étonnera pas que Danièle Thompson, scénariste de succès populaires, ait, selon ses propres dires, soufflé au metteur en scène l’idée que plus de musique « porterait encore plus le spectateur, accentuerait l’impression de danger, accentuerait l’émotion... »11 Sur la seconde proposition de montage faite par le cinéaste à Miramax le 24 août 1994, Chéreau avait dessiné des clés de sol en face de certains passages. Une liste de toutes les musiques à ajouter a alors été établie12. Elles sont au nombre de 21 : musique sur le texte déroulant du début, « bouffées de danse sur la discussion Charlotte/Navarre »... Mais il y a encore des interrogations, comme celle-ci : « peut-être la première partie du générique proprement dit en silence ? », ou celle-là : « musique sur la fin de la scène d’amour ? » Parmi ces partitions, « certaines, nous les avons, il faut les monter, d’autres sont à composer, certaines doivent être dans le matériel de Goran [Bregovic]. » Un mixage final, précédé d’un prémixage, a lieu à la fin du mois d’octobre : tout ou presque est prêt pour que le film sorte sur les écrans américains.

3.2. La sortie de Queen Margot aux États-Unis

22Avant d’être diffusé dans les salles américaines, Queen Margot, c’est-à-dire la Reine Margot dans son nouveau montage, s’offre une présentation de choix au Festival de Sarasota en Floride, au cours de deux projections, le 11 novembre 1994. Une nouvelle affiche a été réalisée : contrairement à l’affiche française, sa lecture se fait horizontalement. Le caractère tragique et violent de la précédente a été évacué, et le nom de l’actrice devient clairement le principal argument de vente. Le choix de la photographie, qui présente l’héroïne hiératique, vêtue de ses plus beaux atours, et le sens de l’accroche orientent la lecture du spectateur en lui faisant croire à une histoire d’amour grandiose et mouvementée, située dans les plus hautes sphères de l’État. L’accueil favorable réservé au film à Sarasota augure bien de sa sortie prochaine. Le 9 décembre, le film sort à New York ; il est à l’affiche le 14 à Los Angeles et le 16 à San Francisco. Patrice Chéreau a fait le déplacement en compagnie de Danièle Thompson, Jean-Hugues Anglade, Virna Lisi et Pascal Greggory. Isabelle Adjani, alors enceinte de cinq mois, est absente.

  • 13 Olivier Schmitt, « Les débuts américains du film de Patrice Chéreau : Margot à la conquête de New Y (...)
  • 14 Mark Clark, « Scoring with true life : True lies and Fiction », USA Today, 28 décembre 1994.
  • 15 C’est cependant le Belge Gérard Corbiau qui reçoit le prix pour Farinelli.

23Avant même la sortie, les réactions de la presse américaine ont été très positives : le New York Times juge qu’Adjani règne dans le film « avec tout ce qu’il faut de munificence ». Le Daily News est le seul quotidien à ne pas être complètement dithyrambique, critiquant une « reine costumée qui surjoue » et une atmosphère « sombre, claustrophobe et presque insupportablement intense. »13 Chéreau a aussi conservé quelques critiques parues après la sortie, comme cet article du USA Today qui place La Reine Margot parmi les dix meilleurs films de l’année et compare Isabelle Adjani à une « Lilian Gish with a sexbomb dimension »14 ! Le film concourt aux 52e Golden Globe dans la catégorie film étranger15. Il connaît une carrière relativement brillante aux États-Unis, au point qu’il est question d’augmenter le nombre de copies distribuées. Cependant, si le film marche dans les grandes villes, les plus petites sont moins enthousiastes. Patrice Chéreau modifie alors encore certains passages du mariage (présentation de Du Bartas) et de la Saint-Barthélemy (entrée d’Anjou et d’Alençon dans la cour de la maison de Coligny, enlèvement des corps au charnier...). Ces ultimes changements montrent que la version américaine sortie en décembre n’était pas définitive... Au total, hormis deux scènes coupées (entre Margot et Catherine, et une des deux scènes d’agonie de Charles Ix) et une rajoutée (entre Margot et La Môle), Patrice Chéreau résume ainsi l’ensemble du travail :

  • 16 Marie-Claude Arbaudie, « Trois questions à Patrice Chéreau », le Film Français, 25 novembre 1994, p (...)

Pour le reste, ce sont des coupes imperceptibles puisqu’il y en a en tout 190 dont certaines de seulement 12 images. J’ai découvert qu’il faut laisser souvent une scène en suspens, ne pas la terminer pour rendre le film plus dynamique. J’ai également raccourci la Saint-Barthélemy. C’était une scène trop lourde. On ne s’en remettait pas. Je n’ai pas atténué la violence. Je l’ai répartie autrement. Par ailleurs, j’ai rajouté 25 musiques. (...) Ce n’est pas un film mutilé. C’est pour moi aujourd’hui la bonne version du film. J’ai adoré faire ce travail et j’ai beaucoup appris sur la durée au cinéma16.

24La nouvelle version raccourcie connaît bientôt une extraordinaire carrière à l’étranger, et revient en France où elle suscite des réactions moins contrastées qu’à ses débuts.

3.3. L’avenir de la nouvelle Reine Margot et le regain d’intérêt français

  • 17 Claude Berri, Autoportrait, Paris, Éd. Léo Scheer, 2003, p. 351-352.
  • 18 Entretien avec Danièle Thompson, 14 juin 2005.
  • 19 Pour cette citation et la suivante : Jean-Marie Charuau, « La Reine Margot : son royaume n’a pas de (...)

25La Reine Margot ressort le 16 décembre 1994 à Paris et dans vingt villes françaises, au rythme de quatre séances quotidiennes. La nouvelle du changement a été bien accueillie par plusieurs proches collaborateurs de Patrice Chéreau. Claude Berri, en comparant le travail de Chéreau à celui de Roman Polanski pour Tess (également remonté en 1979), regrette que les coupes n’aient pas été faites plus tôt17. Danièle Thompson nous a dit, elle aussi, sa préférence pour la version dite américaine, élevant le plébiscite du public au statut d’objectif ultime de la création cinématographique18. Patrice Chéreau, lui, revendique aujourd’hui la nouvelle Reine Margot. S’il s’est d’abord opposé au fait de couper certaines scènes, il a jugé par la suite le montage meilleur, et dit l’avoir envisagé lui-même sans pouvoir le réaliser à temps avant la sortie cannoise : « Le montage s’est fait dans la précipitation et, dans ces cas-là, lorsque le temps vient à manquer, on coupe sans vraiment couper. (... ) Le recul – qui est toujours un luxe et qui l’est particulièrement sur un film qui doit récupérer très vite son argent – m’a manqué. »19 Enjeux financiers de taille (l’argent investi par le distributeur américain était une lourde pression pour un film déjà déficitaire en France), volonté de reconnaissance internationale (le film était sélectionné pour le festival de Sarasota, mais plus largement mettait en question la place du cinéma français en Amérique) ? Certes. Il faut ajouter dans l’ensemble de raisons qui ont pu amener le réalisateur à retourner en salle de montage, le souci de perfection d’un homme de théâtre habitué à revenir sur son ouvrage : « Pour ma part, j’ai toujours fait évoluer mes mises en scène (...) Maintenant, c’est vrai qu’il n’est pas toujours permis de remonter un film. C’est une chance que de pouvoir le faire. ». L’affiche du film a également changé : évacuant tous les noms des interprètes pour ne garder que deux éléments signifiants (le qualificatif de « nouvelle version » et le titre du film en capitales), elle est désormais à dominante bleue, puisque Isabelle Adjani y porte non plus la robe blanche tachée de sang du bal, mais sa robe bleue sombre de la nuit de noces, négligemment délacée sur le devant. Plus charnelle et moins effrayante, elle accorde bien la place principale à l’héroïne, présentée comme une courtisane sensuelle, avec un léger relent de l’historiographie dumasienne...

  • 20 Marie-Élisabeth Rouchy, « Sacre à la tronçonneuse », Télérama, 28 décembre 1994.
  • 21 Jean-Michel Frodon, « La version courte du film de Patrice Chéreau, Margot II, égale à elle-même », (...)
  • 22 Jean-Marc Lalanne, « Un nouvel habit pour la Reine », Cahiers du Cinéma, n° 487, janvier 1995, p. 9
  • 23 François Hauter, « L’Amérique sauve Margot ! », op. cit.

26D’abord les critiques s’interrogent sur cette nouvelle version, à l’image de Télérama : « Excès de zèle, comme Chéreau en est coutumier au théâtre, ou volonté de rentabiliser coûte que coûte un film qui n’a pas eu le succès escompté ? »20 Le Monde y voit une « triple opération : commerciale, politique et artistique »21. Les avis sur la nature du film transformé sont en outre partagés : pour les uns, le changement est infime et le film conserve toutes les qualités qu’on lui avait vues à Cannes. C’est le cas des Cahiers du Cinéma, qui parlent de « coupes infinitésimales »22. À l’inverse, le Figaro, qui voit dans ce remontage une « leçon au cinéma français » tiraillé entre les auteurs et les financiers, juge la nouvelle Margot profondément différente : « Non, pourtant, ce n’est pas le même film. La confusion de la Reine Margot version Cannes est un mauvais souvenir. »23 Les critiques publiées dénotent donc une plus grande adhésion à l’œuvre, jugée plus accessible et plus populaire.

27Le remontage d’un film est un procédé presque aussi vieux que le cinéma, tant il existe d’exemples de mise en circulation de multiples versions d’une œuvre. L’originalité du traitement appliqué à la Reine Margot tient d’abord au fait qu’un faisceau de raisons a pu conduire le réalisateur à revoir sa copie, parmi lesquelles l’enjeu réel de sortir le film aux États-Unis, mais aussi sa propre sensibilité de metteur en scène de théâtre adepte de la recréation. Au terme de son parcours, la version dite américaine a véritablement engagé le film sur de nouveaux rails, dopant sa diffusion à l’étranger et lui redonnant un second souffle sur sa terre d’origine.

  • 24 Entretien avec François Gédigier, 9 mai 2005.
  • 25 Marie-Élisabeth Rouchy, « Sacre à la tronçonneuse », op. cit.
  • 26 Jean-Marie Charuau, « La Reine Margot : son royaume n’a pas de frontières », op.cit., p. 11.

28Doit-on parler d’une ou de plusieurs Reine Margot ? La diversité des situations reste entière, et les versions italienne (La Regina Margot) et allemande (Die Bartholomäusnacht) sont encore des variations à partir d’un même thème. « Je pense qu’il y a des versions différentes dans chaque pays, qui sont des évolutions de cette version américaine », confirme François Gédigier24. Aujourd’hui, Queen Margot et la Reine Margot nouvelle version ont approximativement la même durée (2 h 23), en étant toutefois légèrement différentes. Cette version courte est considérée comme « la vraie »25, même si le réalisateur laisse planer l’ambiguïté : « Je garde des doutes aussi sur cette version, parce qu’après mixage je n’en suis plus si sûr et que la vérité est peut-être entre les deux... »26 Une comparaison affleure avec les versions multiples qu’a connues le scénario de la Reine Margot... Il y aurait donc une grande continuité dans le travail de remodelage incessant de son œuvre par Patrice Chéreau, à l’écrit comme à l’écran.

Haut de page

Notes

1 Ce texte s’inspire d’une communication présentée le 29 avril 2006 lors d’un séminaire sur « Le film pluriel », groupe de recherche de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle), dirigé par Michel Marie et François Thomas.

2 L’essentiel des archives concernant la version américaine est conservé dans les dossiers CHÉREAU 145 et 147 à 151 (boîtes 79 à 84).

3 Cité par Thomas Sonsino, « La Reine Margot : un succès mondial », la Lettre d’Unifrance, n° 2, mars 1995, p. 17.

4 Archives de Pierre Grunstein, dossier de fin de film, p. 189.

5 François Hauter, « L’Amérique sauve Margot ! », le Figaro, 14 novembre 1994.

6 Le distributeur aurait été choqué par la dernière image du film, le départ de Margot avec la tête de La Môle sur les genoux. « Et pourquoi pas avec la mienne ? », se serait exclamé Harvey Weinstein... Entretien avec François Gédigier, 9 mai 2005.

7 « Patrice Chéreau’s cuts proposals based on Miramax editing proposal (Avid July 19th) ».

8 La réplique est pourtant conservée dans la nouvelle version française aujourd’hui disponible en DVD.

9 Brouillons de réponse de Patrice Chéreau à Scott Martin, s. d. et 30 novembre 1994.

10 Entretien avec François Gédigier, 9 mai 2005.

11 Citée par Jean-Pierre Lavoignat, « La nouvelle Margot », Studio magazine, hors série, décembre 1994, p. 98.

12 « Possibilités de musiques supplémentaires pour le nouveau montage de la Reine Margot (au 24. 08. 94) ».

13 Olivier Schmitt, « Les débuts américains du film de Patrice Chéreau : Margot à la conquête de New York », le Monde, 12 décembre 1994.

14 Mark Clark, « Scoring with true life : True lies and Fiction », USA Today, 28 décembre 1994.

15 C’est cependant le Belge Gérard Corbiau qui reçoit le prix pour Farinelli.

16 Marie-Claude Arbaudie, « Trois questions à Patrice Chéreau », le Film Français, 25 novembre 1994, p. 11.

17 Claude Berri, Autoportrait, Paris, Éd. Léo Scheer, 2003, p. 351-352.

18 Entretien avec Danièle Thompson, 14 juin 2005.

19 Pour cette citation et la suivante : Jean-Marie Charuau, « La Reine Margot : son royaume n’a pas de frontières », Écran total, n° 55, 16 novembre 1994, p. 10.

20 Marie-Élisabeth Rouchy, « Sacre à la tronçonneuse », Télérama, 28 décembre 1994.

21 Jean-Michel Frodon, « La version courte du film de Patrice Chéreau, Margot II, égale à elle-même », le Monde, 19 décembre 1994.

22 Jean-Marc Lalanne, « Un nouvel habit pour la Reine », Cahiers du Cinéma, n° 487, janvier 1995, p. 9.

23 François Hauter, « L’Amérique sauve Margot ! », op. cit.

24 Entretien avec François Gédigier, 9 mai 2005.

25 Marie-Élisabeth Rouchy, « Sacre à la tronçonneuse », op. cit.

26 Jean-Marie Charuau, « La Reine Margot : son royaume n’a pas de frontières », op.cit., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violette Rouchy-Lévy, « Queen Margot vs la Reine Margot : la version américaine du film de Patrice Chéreau », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 52 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/1042 ; DOI : 10.4000/1895.1042

Haut de page

Auteur

Violette Rouchy-Lévy

Archiviste-paléographe, auteur d’une thèse sur « La Reine Margot de Patrice Chéreau. Genèse et réalisation d’un film historique » (prix Auguste-Molinier de la meilleure thèse d’École nationale des chartes 2006). Conservateur du patrimoine, dirige actuellement les archives départementales des Ardennes. A notamment publié une étude intitulée « Au commencement. La première scène de la Reine Margot à travers les archives de Patrice Chéreau », (Genesis, n° 28, 2007).

Archivist and paleographer, wrote her thesis about « La Reine Margot de Patrice Chéreau. Genèse et réalisation d’un film historique » (Auguste-Molinier prize for the best thesis at the École nationale des chartes, 2006). Currently director of the departmental archives of the Ardennes, she has published an article entitled « Au commencement. La première scène de la Reine Margot à travers les archives de Patrice Chéreau », (Genesis, n° 28, 2007).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page